Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

François Joly
La croisée
Audio fil du lundi 18 mars 2019

La francophonie dans les écoles d'immersion française

Publié le

Deux élèves, l'enseignante et la directrice de l'école pose dans le studio de Radio-Canada
C'est la première année que le West Island College organise le lever du drapeau franco-albertain.   Photo : Radio-Canada / François Joly

Les élèves des écoles d'immersion française ont été invités à célébrer le mois de la francophonie. L'école West Island College à Calgary a organisé un lever du drapeau ce lundi.

La directrice de l'établissement, Chantal Gionet, acadienne d'origine, dit que le lever du drapeau franco-albertain était un événement important pour elle.

C'est important car le West Island College est une école bilingue, et nous faisons partie de l’histoire canadienne.

Chantal Gionet

Une des élèves, Maïa Lachance, est en 11e année. Elle connaît cette histoire car sa famille la transmet d’une génération à l’autre.

Mes parents sont bilingues, et le bilinguisme ouvre à beaucoup d’opportunités.

Maïa Lachance

Derin Akkaya est élève de 12e année. Pour lui, participer à des événements qui célèbrent la francophonie l’aide à mieux connaître la culture francophone.

C’est très intéressant de pouvoir voir la culture francophone, et d’y être exposé. J’ai eu beaucoup d'occasions de connaître plus sur la culture francophone.

Derin Akkaya

Selon leur enseignante, Sandrine Berezowski, les étudiants vont rentrer chez eux avec beaucoup de choses à partager avec leur famille.

Ils n’étaient pas au courant, donc ça permet d'éveiller leur conscience, ce qu’est la francophonie et la culture francophone.

Sandrine Berezowski

La directrice ajoute que pour les écoles d’immersion française et les écoles francophones il serait très avantageux de partager leurs activités.

Chargement en cours