•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La croisée

Avec Sandra Gagnon

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Un combat méconnu pour l’égalité raciale à Calgary en 1914

Rattrapage du mercredi 7 octobre 2020
Une ancienne photo du théâtre Sherman Grand de Calgary

Le théâtre Sherman Grand de Calgary d'où Charles Daniels a été expulsé de son siège au parterre en 1914.

Photo : Archives du musée Glenbow

Bien avant le vaste mouvement de revendication des droits civiques au Canada et aux États-Unis, un homme de Calgary a contesté et remporté un combat important pour l'égalité en 1914. Voici un résumé de la chronique de l'historien Stéphane Guevremont.

Au début de la colonisation de l'Alberta, des colons et des cowboys afro-américains ont traversé la frontière américaine pour s'établir dans le sud de la province. Les autorités albertaines utilisaient pourtant des moyens détournés pour les décourager en exagérant la difficulté de s'adapter au climat et de cultiver le sol albertain auprès des immigrants noirs. Pourtant, au début du vingtième siècle, l'Alberta comptait plusieurs centaines de citoyens noirs.

Un historien amateur et activiste albertain, Bashir Mohamed, a découvert en 2018 un épisode exceptionnel de la lutte contre le racisme et la discrimination en Alberta.

Ancienne photo de la billeterie du théâtre Sherman Grand de Calgary.

Les responsables du théâtre Sherman Grand de Calgary ne permettaient pas aux spectateurs noirs de s'asseoir avec les spectateurs blancs en 1914.

Photo : Archives du musée Glenbow

En 1914, un inspecteur des porteurs de bagages de la compagnie de chemins de fer du Canadien Pacifique, Charles Daniels, était un grand amateur de théâtre et aimait s'y rendre lors de ses journées de congé. À Calgary, le luxueux et très moderne édifice nommé le Sherman Grand venait tout juste d'ouvrir en 1912.

Le 3 février 1914, Daniels et un ami ont envoyé un jeune garçon blanc acheter leurs billets pour des sièges au parterre du théâtre au coût de cinq dollars. À leur arrivée sur place, les responsables du théâtre ont toutefois refusé l'accès au siège H3 à Daniels en affirmant que les spectateurs blancs du parterre étaient mal à l'aise en présence d'une personne noire. Pendant que d'autres spectateurs l'insultaient et le ridiculisaient, on lui a plutôt demandé d'aller s'asseoir au balcon dans la section réservée aux personnes de couleur avec un changement de billet.

Extrêmement choqué et humilié, Daniels a entrepris une poursuite au civil contre le théâtre Sherman Grand en dommages et intérêts pour une somme de mille dollars, un montant substantiel à l'époque.

Le 26 mars 1914, les journaux de Calgary annonçaient que Daniels avait gagné sa cause par défaut, car aucun accusé ni avocat de la défense ne s'était présenté au procès à la date prévue. Il est possible que le théâtre ait signé une entente hors cour avec Daniels après les faits. Quelques mois plus tard, probablement très embarrassé par l'incident, le puissant sénateur Sir James Alexander Lougheed a congédié le propriétaire du théâtre et remplacé par un autre homme.

Ce combat méconnu pour l'égalité est survenu bien avant, notamment, la cause qui a rendu Viola Desmond célèbre dans les années 1940.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi