•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La croisée

Avec Sandra Gagnon

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Les théâtres centenaires de l’Alberta  :  histoires de résilience

Rattrapage du mercredi 9 septembre 2020
Une ancienne salle de cinéma

La salle de projection du théâtre Empress à Fort Macleod en 2020 avec ses sièges originaux.

Photo : Empress Theatre Society, Fort Macleod, Alberta

La pandémie de COVID-19 frappe l'économie albertaine de plein fouet et met en danger, entre autres, la survie de plusieurs salles de théâtre et de cinéma en Alberta. Pourtant, l'historien Stéphane Guevremont raconte que, malgré toutes les catastrophes du passé, certains de ces lieux de divertissement ont survécu durant plus de cent ans dans la province. Voici un résumé de sa chronique.

Le plus ancien théâtre albertain, qui existe encore, est le Empress de Fort Macleod, un site désigné historique en Alberta.

Sa construction a débuté en janvier 1910 sur la rue principale, financée par le puissant studio américain Famous Players.

Son ouverture officielle fut célébrée en 1912 et on le présentait comme une salle d’opéra moderne avec tous les accessoires nécessaires pour combler ses visiteurs.

Le théâtre appartient depuis 1982 à la Fondation de préservation du patrimoine historique de Fort Macleod qui y présente toutes sortes d'événements culturels.

Le théâtre Monarch de Medicine Hat, pour sa part, a été construit en 1910 et a ouvert en décembre 1911, soit quelques mois avant le théâtre Empress de Fort Macleod. Par contre, il n'était au début qu'une salle de projection de films et non pas une salle de spectacles pour le théâtre.

C’est peut-être la plus vieille salle de cinéma en Alberta et certains disent même au Canada.

Il y avait plus de 560 places et un orchestre en quatre sections au début. Au fil du temps, sa capacité a été réduite à 410 sièges uniquement pour donner plus d’espace aux jambes des spectateurs.

Du côté de Calgary, le théâtre Grand construit en 1912, faisait tout d'abord partie d’un complexe commercial financé par le sénateur conservateur Sir James Alexander Lougheed et était considéré comme le meilleur théâtre de la région pacifique nord-ouest du continent.

Il comportait 1350 sièges rembourrés, 15 loges d’artistes sous la scène avec eau courante, chaude et froide, ainsi que l’électricité (une nouveauté au début du siècle) sans oublier un système de gicleurs automatiques.

Des vedettes internationales telles que la diva Sarah Bernhardt, le danseur et acteur Fred Astaire, l’actrice Ethel Barrymore, les frères Marx, le comédien George Burns et le pianiste Arthur Rubinstein, en autre, s’y produisirent.

Le Grand a aussi fait l'objet en 1914 de la première poursuite civile en dommages-intérêts dans l'Ouest canadien, gagnée par défaut par un citoyen noir de Calgary, Charles Daniels, parce qu'on lui avait refusé l'accès à son siège aux premières rangées même s'il avait payé son entrée.

En 1957, le théâtre a été converti pour la projection de films et cela dura presque 50 ans.

Aujourd’hui, il est un lieu de culture à Calgary pour une troupe de théâtre contemporain indépendante avec une capacité de 440 sièges, mais avec un style très moderne et sophistiqué technologiquement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi