•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Découvrir l’afropop et l’afrobeat

La croisée

Avec François Joly

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Découvrir l’afropop et l’afrobeat

Rattrapage du mercredi 8 juillet 2020
Des danseurs sur une scène

Une comédie musicale a été créée sur la vie et l'oeuvre de Fela Kuti. Un extrait a été présenté à la cérémonie des Tony Awards en 2010.

Photo : Associated Press / Richard Drew

Le chroniqueur Didier Gbetie retrace l'histoire fascinante de deux grands courants musicaux africains : l'afropop et l'afrobeat.

L'afropop, aussi parfois appelée afrobeats ou afrofusion, est un mélange entre la musique contemporaine américaine et des sonorités africaines.

Parmi l'ensemble des musiques afropop, certains styles se distinguent, comme le highlife. Né au début du 20e siècle au Ghana, le highlife gagne en popularité durant la Deuxième Guerre mondiale et véhicule des idées comme le panafricanisme.

Le hiplife est né dans les années 1980 au Ghana et est largement influencé par le hip-hop, la musique jamaïcaine et ghanéenne.

Le légendaire Fela Kuti

Le musicien highlife Fela Kuti a marqué l'histoire de la musique en créant l'afrobeat, un genre musical qui mélange des sonorités africaines avec le jazz et le funk.Né en 1938, il a étudié à Londres et a visité les États-Unis avant de retourner au Nigéria dans les années 1960 où il forme un groupe de musique qui développe son propre son.

Ses chansons sont souvent longues (en moyenne 15 minutes) et interprétées en utilisant la langue de la rue pour dénoncer la corruption et l'influence de l'armée dans le pays. Il devient très populaire et se lance dans une carrière politique, mais il a été harcelé par le régime et a été emprisonné à plusieurs reprises. Il meurt en 1997 des suites du sida.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi