•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’histoire autochtone derrière l'artère Shaganappi Trail

La croisée

Avec Sandra Gagnon

En semaine de 15 h 30 à 18 h

L’histoire autochtone derrière l'artère Shaganappi Trail

Rattrapage du lundi 15 juin 2020
Un pont piétonnier en construction sur une grande route

Shaganappi Trail, artère bien connue de Calgary

Photo : CBC News

Le nom de l'artère de Calgary Shaganappi Trail réfère à un matériau essentiel dans la construction des objets et des structures dans l'Ouest canadien, explique Nathalie Kermoal, professeure d'études autochtones à l'Université de l'Alberta.

Provenant d'un mot cri, le mot « shaganappi » désigne des lanières de cuir de bison travaillées par les femmes autochtones qui était utilisées pour attacher des objets de la vie courante comme des sacs de transport pour le pemmican (un plat cri).

Les lanières étaient également utilisées pour maintenir ensemble les pièces de structures de bois. Les Métis de la rivière Rouge s'en servaient entre autres pour solidifier leurs charrettes.

Extrêmement résistantes, ces lanières étaient appelées « l'acier du Nord-Ouest », raconte Nathalie Kermoal.

Il s'agit selon elle d'un autre exemple que toutes les parties du bison étaient mises à profit par les Autochtones, même les excréments qui servaient à alimenter les feux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi