•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment l'Alberta a-t-elle fait face à la crise de la grippe espagnole?

La croisée

Avec Sandra Gagnon

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Comment l'Alberta a-t-elle fait face à la crise de la grippe espagnole?

Rattrapage du mercredi 18 mars 2020
Quatre jeunes femmes portant des masques devant un édifice. Photo noir et blanc d'époque.

Des employées de la compagnie provinciale de téléphone avec leur masque à High River en octobre 1919. De gauche à droite: Gladys Stephenson, Cora Stephenson, Addie McDonald et Annie Grisdale.

Photo : Source: Archives du Musée Glenbow, NA-3452-2.

L'Alberta a déjà connu une pandémie qui a paralysé sa vie quotidienne et a mis à l'épreuve son système de santé : la terrible pandémie de grippe espagnole du début du 20e siècle, rappelle l'historien Stéphane Guevremont.

La grippe espagnole a dévasté le monde entier entre 1918 et 1920 avec un nombre de décès estimé entre 50 et 100 millions. Le virus de type H1N1 touchait surtout les jeunes dans la vingtaine et la trentaine.

En Alberta, des mesures draconiennes ont été adoptées dès le début de la crise, en octobre 1918.

Les écoles, les bibliothèques, les théâtres et les tribunaux ont été fermés. Les Albertains ont également été sommés de porter un masque buccal en tissu qui devait être nettoyé dans l'eau bouillante toutes les deux heures.

En moins de deux ans, la grippe espagnole a fait 4000 morts dans la province qui comptait alors près de 500 000 habitants, car la maladie était très contagieuse. Par exemple, lorsqu’elle apparaissait dans une ville albertaine, 30 % de la population locale était atteinte dans les 15 jours suivants, selon l'histoire.

« Dans les campagnes, on retrouvait des jeunes orphelins abandonnés à leur sort sur une ferme parce que tous les adultes étaient morts de l’influenza. C’était pire dans les réserves indiennes, les morts se comptaient par famille entière », relate-t-il.

Tragiquement, le ministre de la Santé de l'époque qui a mis en place les mesures de réponse à la crise et qui a permis à l'Alberta de connaître l'un des plus faibles taux de mortalité au Canada, Alexandre Mackay, est mort de la maladie en avril 1920.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi