Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Janique Leblanc et Marie-Hélène Lange
Audio fil du mercredi 13 juin 2018

Interdiction de pêche, une décision qui omet les impacts sociaux, juge une scientifique

Publié le

Une baleine noire de l'Atlantique nord femelle et son baleineau dans l'océan Atlantique au large de la frontière entre la Floride et la Géorgie, en février 2009.
Une baleine noire de l'Atlantique nord femelle et son baleineau dans l'océan Atlantique au large de la frontière entre la Floride et la Géorgie, en février 2009.   Photo : Associated Press / Aquarium de Nouvelle-Angleterre

La décision de fermer complètement des zones de pêche au homard laisse une scientifique perplexe. Bien que Lyne Morissette estime que la volonté de protéger la baleine noire soit « très noble et nécessaire », elle craint que cette décision ait été prise sous l'empressement, en omettant d'importants impacts sociaux et économiques.

C’est sûr que dans une approche de précaution, on peut [décider de] ne prendre aucune chance [pour protéger les baleines], dit-elle. Mais le risque aussi de décimer une économie et des communautés côtières et le risque humain de prendre de telles décisions devraient entrer aussi dans l’équation.

J’ai l’impression que ce sont des mesures [adoptées] un peu à la dernière minute et moins réfléchies.

Lyne Morissette, spécialiste de l’écologie des mammifères marins

Résumé des derniers événements

En réponse à la fermeture de zones de pêches, l'Union des pêcheurs des Maritimes a proposé de pouvoir continuer de pêcher, mais seulement à moins de 60 pieds de profondeur. Cette solution a été balayée par le ministre fédéral des Pêches et des Océans, Dominic LeBlanc, qui compte maintenir l'interdiction près des côtes.

Des animaux encore méconnus

Mme Morissette poursuit en soulignant que ce n’est que tout récemment que les scientifiques canadiens ont commencé à s’intéresser à la présence des baleines noires dans le golfe du Saint-Laurent.

Il y aurait ainsi plusieurs aspects de leur mode de vie qui sont encore inconnus de la communauté scientifique, selon elle. Les mesures adoptées au Canada s'inspirent notamment de celles aux États-Unis, explique-t-elle.

 On a pris la gestion des zones que l'on ferme un peu sur leur modèle, affirme Lyne Morissette.

Mais ce qu'on a oublié, [...] c'est que le modèle américain comporte aussi une évaluation des impacts économiques, sociaux et cumulés.

Lyne Morissette, spécialiste de l’écologie des mammifères marins

Une zone peu fréquentée par les baleines

Est-ce que les baleines noires fréquentent bel et bien les eaux peu profondes qui seront fermées à la pêche à partir de vendredi? Pas normalement, répond Lyne Morissette.

C’est sûr que des baleines noires, on peut en voir dans à peu près toutes les profondeurs, mais il faut penser aux règles de vie générales de ces animaux-là, soutient la scientifique.

Dans la très grande majorité du temps, ce n’est vraiment pas les eaux qu’elles vont privilégier.

Lyne Morissette, spécialiste de l’écologie des mammifères marins

Le ministre LeBlanc, pour sa part, justifie sa décision en citant une étude qui stipule qu’en effet, les baleines noires, en particulier les femelles et leurs petits, peuvent fréquenter les eaux à faible profondeur.

Selon l’experte, il ne reste que 450 baleines noires dans le monde.

Chargement en cours