Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Janique Leblanc et Marie-Hélène Lange
Audio fil du jeudi 24 mai 2018

Les partisans d'Énergie Est auraient pu en faire plus, selon Donald Arseneault

Publié le

Des conduites d'un oléoduc
Le projet d'oléoduc Énergie Est devait conduire du pétrole albertain jusqu'à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.   Photo : TransCanada

L'ancien ministre de l'Énergie du Nouveau-Brunswick Donald Arseneault estime que les partisans d'Énergie Est aurait pu faire plus d'efforts pour défendre ce projet d'oléoduc.

Énergie Est était un projet de l’entreprise TransCanada qui avait pour objectif d'acheminer quotidiennement 1,1 million de barils de pétrole des sables bitumineux de l'Alberta jusqu'à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, grâce à un oléoduc de 4600 kilomètres. TransCanada a renoncé au projet à l’automne 2017.

Donald Arseneault, qui est devenu directeur des relations gouvernementales pour les syndicats des métiers de la construction du Canada, a participé, mercredi, à Ottawa, à une journée d'appui au projet de pipeline Trans Mountain, de l’entreprise Kinder Morgan. Des groupes de promotion des ressources naturelles, la Chambre de commerce du Canada, des leaders autochtones et des représentants syndicaux ont exprimé haut et fort leur appui à Trans Mountain.

Donald Arseneault
Donald Arseneault, qui était député de Campbellton-Dalhousie, a quitté la politique à la fin de novembre 2017. Photo : Radio-Canada

Pourquoi n’avait-on rien vu de tel pour Énergie Est? Donald Arseneault rappelle que le contexte est différent, parce que le projet Trans Mountain a reçu le feu vert de l’Office national de l’énergie alors que le projet Énergie Est ne s’était pas rendu à cette étape. Mais il croit que les partisans d’Énergie Est aurait quand même pu mieux se faire entendre.

« Je pense qu’on a fait beaucoup de travail au Nouveau-Brunswick, qu’on a fait beaucoup de travail en Alberta, pour aller chercher l’appui de la communauté, de la population, mais on peut toujours en faire plus. On aurait pu en faire plus Québec », affirme Donald Arseneault.

Le gouvernement de Brian Gallant comptait beaucoup sur le développement économique associé à Énergie Est, et il a appuyé le projet de son mieux, selon Donald Arseneault.

« Le gouvernement provincial a travaillé très fort pour faire avancer ce projet-là, mais on n’a pas pu mobiliser plus d’intervenants pour en parler en faveur, surtout dans les régions où on était peut-être avec le moins d’appui », indique Donald Arseneault.

Le projet trans Mountain se heurte à l'opposition farouche du gouvernement de la Colombie-Britannique en raison de risques de pollution des eaux. Quant à Énergie Est, des environnementalistes, des Autochtones et une partie de la classe politique québécoise s’y sont opposés pendant des années.

Chargement en cours