•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une méthode d’espionnage informatique digne d’un film

L'heure du monde

Avec Jean-Sébastien Bernatchez

En semaine de 18 h à 19 h
(en rediffusion à 4 h)

Une méthode d’espionnage informatique digne d’un film

Audio fil du jeudi 4 octobre 2018
Un gros plan sur la main d'un homme en train de placer un processeur sur la carte mère d'un ordinateur à l'aide d'une petite pince en métal.

Super Micro, un des plus grands fabricants de carte mères au monde, est accusé d'avoir fabriqué les composantes de puces électroniques servant à l'espionnage.

Photo : iStock / D-Keine

Selon Bloomberg, des individus liés à l'armée chinoise auraient fait installer une puce électronique plus petite qu'un grain de riz sur les cartes mères d'ordinateurs et de serveurs informatiques d'une trentaine d'entreprises américaines. Le média américain affirme que ce serait à des fins d'espionnage des réseaux gouvernementaux et à des secrets industriels.

Elles permettent à l’attaquant de pirater et de modifier complètement les comportements de ces ordinateurs-là, d’aller chercher des mots de passe, de désactiver des fonctions de sécurité, de changer le logiciel qui roule dessus, et tout ça, à distance. Ça a un effet démesuré.

José Fernandez, professeur de génie informatique à Polytechnique Montréal

Dès 2015, cette puce informatique aurait été découverte dans des serveurs d'Apple et dans ceux d'une entreprise acquise par Amazon. C'est la compagnie Super Micro, un des plus grands fabricants de carte mères au monde, qui est accusé d'avoir fabriqué les composantes de puces électroniques servant à l'espionnage.Pour l’instant, Apple, Amazon et Super Micro rejettent les allégations de Bloomberg, et les autorités américaines ne veulent pas commenter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi