•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'heure du monde

Avec Jean-Sébastien Bernatchez

En semaine de 18 h à 19 h
(en rediffusion à 4 h)

Voyage : partir ou ne pas partir pendant les Fêtes?

Plusieurs ont envie de s'évader vers une destination soleil malgré les recommandations du gouvernement.

Plusieurs ont envie de s'évader vers une destination soleil malgré les recommandations du gouvernement.

Photo : iStock

Avec la grisaille de novembre bien installée dans la plupart des régions du pays, l'envie de s'évader vers une destination soleil commence à faire son chemin dans la tête de certaines personnes, bien que le gouvernement canadien demande d'éviter tous les voyages non essentiels. Même si ce n'est pas recommandé, c'est possible de le faire, mais dans un cadre bien particulier, selon Mathieu Belhumeur.

Catherine Gravel, son conjoint et leurs deux enfants s'apprêtent à partir pour la République dominicaine. L'arrivée du froid, jumelée à la COVID-19 et au besoin de décrocher, pèse lourd sur le moral. Toute la famille s'envolera le 12 décembre.

De retour de voyage, elle va profiter des deux semaines du congé des Fêtes pour s'isoler 14 jours, ce qui demande une certaine organisation. « On est prêts. On va commander notre épicerie, notre sapin de Noël... ça va être Ciné-Cadeau, des recettes avec les enfants, du zoom avec les grands-parents pour déballer les cadeaux! »

Chantale Boisselle, propriétaire de l'agence de voyages Vasco à Boucherville, trouve que l'isolement de 14 jours obligatoire lors du retour au pays est l'élément qui freine le plus ceux et celles qui veulent partir. « Les gens se disent qu'ils n'ont pas les moyens de prendre trois semaines de congé pour une semaine dans le Sud », résume-t-elle.

Bref, les risques sont nombreux pour qui songe à fuir l'hiver. Le premier ministre Justin Trudeau a de nouveau rappelé aux Canadiens qui décident de voyager qu'ils ne pourront pas compter sur l'aide d'Ottawa pour rentrer au pays. Des risques que Catherine Gravel et sa famille sont prêtes à assumer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi