•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'heure du monde

Avec Jean-Sébastien Bernatchez

En semaine de 18 h à 19 h
(en rediffusion à 4 h)

Pandémie : une précarité accrue pour les plus pauvres

Des graffitis sur une façade d'un établissement de la rue Ontario à Montréal.

Une personne marche seule dans la rue Ontario à Montréal, devant une façade avec des graffitis.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Au Québec, de nombreuses personnes déjà dans une situation précaire avant la pandémie se sont davantage appauvries au cours des derniers mois. Et les conséquences du confinement pourraient se faire sentir encore pendant plusieurs mois. Le journaliste Vincent Rességuier s'est penché sur la question.

Selon Serge Petitclerc, porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté, certaines personnes qui touchent déjà l'aide sociale se tournent vers la Prestation canadienne d'urgence, la PCU, alors qu'elles n'y ont pas le droit...

Il y a des gens qui nous ont contactés pour nous dire : "J'ai fait la demande, est-ce que je vais devoir rembourser?" Une personne m'expliquait : "Je sais que je n'y ai pas le droit, mais tous les services qui m'aidaient sont fermés. J'ai besoin d'argent, donc j'ai demandé. C'est une question de survie."

Serge Petitclerc, porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté


Ces personnes devront non seulement rembourser l'argent reçu, mais pourraient aussi avoir des complications administratives pour retourner sur l'aide sociale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi