•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'heure du monde

Avec Jean-Sébastien Bernatchez

En semaine de 18 h à 19 h
(en rediffusion à 4 h)

Moins de ressources pour les parents d'un nouveau-né

Une main de femme tient les doigts d'un bébé.

Comme bien des services offert par le réseau de la santé, les suivis postnataux doivent à s’adapter à la crise sanitaire

Photo : Radio-Canada

Comme bien des services offerts par le réseau de la santé, les suivis postnataux doivent être adaptés à la crise sanitaire, ce qui représente souvent moins de ressources pour les parents d'un nouveau-né. Fannie Bussières McNicoll s'est entretenue avec quelques familles qui se retrouvent devant ce défi.

Certains des lieux offrant des suivis postnataux doivent fonctionner avec moins d’effectifs qu’en temps habituel, puisque des infirmières et des médecins ont été appelés en renfort dans les centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD). Pour pallier ce problème, les suivis s’effectuent par téléphone ou par vidéoconférence plutôt qu’en personne. À la Maison bleue, la sage-femme Mejda Shaiek fait tout pour que ses patientes ne se sentent pas abandonnées, jusqu'à leur donner son numéro de téléphone personnel.

Malgré tous ces efforts, certains services sont difficiles à obtenir. Par exemple, Cécile Lalime, qui a donné naissance à son premier enfant en février, n'arrive pas à avoir de suivi concernant l'allaitement.

Moi, c'est ça qui m'a manqué. Quand je me suis rendu compte que ça n'allait vraiment pas, l'allaitement, je n'avais pas de ressources. Les haltes-allaitement en CLSC sont fermées.

Céleste Lalime
Une femme, un homme et un bébé.

Céleste Lalime, Vincent Jolin Thériault et leur bébé Maël.

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi