Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Sébastien Bernatchez
Audio fil du mercredi 9 octobre 2019

La cause de Maliennes devant la Cour pénale internationale

Publié le

Des femmes maliennes portant des robes colorées dans un paysage désertique.
Près de 900 femmes pourraient être appelées à témoigner dans la cause d'Abdoulaziz Al Hassan, soupçonné de crimes contre l'humanité, de crimes de guerre et de persécutions basées sur motifs sexistes.   Photo : Radio-Canada / Dorothée Giroux

La Cour pénale internationale a confirmé qu'il y aura un procès contre un djihadiste malien soupçonné de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Avocats sans frontières Canada et ses partenaires maliens estiment que la cause pourrait faire jurisprudence et faire avancer le droit des femmes. Notre journaliste Dorothée Giroux s'y est intéressée.

En 2012, des djihadistes ont occupé plus de la moitié du territoire malien et y ont semé la terreur. Dans plusieurs endroits, ils ont imposé la loi islamique, ce qui a causé énormément de violences envers les femmes maliennes. « On les visait, on les agressait, on leur faisait subir des tortures et des violences d’une gravité extrême parce qu’elles sont des femmes », explique Me Pascal Paradis, directeur général d’Avocats sans frontières Canada.

Le suspect, Abdoulaziz Al Hassan, aurait fait mettre en vigueur la politique de mariages forcés, qui a donné lieu à des vols répétés. Il est le deuxième djihadiste à être jugé par la Cour pénale internationale.

Me Pascal Paradis espère que cette cause permettra de porter une attention plus forte et plus adéquate sur la « violence que subissent les femmes en période de conflit ».

Les femmes sont presque toujours les principales et les premières victimes de ces épisodes de conflit comme celui qu’a connu le Mali en 2012.

Me Pascal Paradis, directeur général d’Avocats sans frontières Canada

Cette cause constitue selon lui une avancée importante pour les droits des femmes, même si Abdoulaziz Al Hassan ne figure pas au plus haut de la hiérarchie djihadiste du Mali. Près de 900 femmes pourraient témoigner dans ce dossier, mais Avocats sans frontières Canada espère en toucher un plus grand nombre en créant notamment une nouvelle jurisprudence.

Sur un pont, un panneau montre la photo d'une femme qui marche dans le désert. Une citation de la femme est écrite sous la photo.
L'exposition « On est ensemble » d'Avocats sans frontières présente les histoires de Maliennes qui ont subi l'occupation des groupes armés illégaux et des groupes terroristes. Photo : Radio-Canada/Dorothée Giroux

Chargement en cours