Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Sébastien Bernatchez
Audio fil du lundi 19 août 2019

Souvenirs de La Monroe, une figure emblématique de la scène LGBTQ montréalaise

Publié le

La première marche de la Fierté à Montréal, en 1979. De gauche à droite: John Banks (avec le casque), Walter Aubi, Armand Monroe et Dalilah (de dos).
La première marche de la Fierté à Montréal, en 1979. De gauche à droite: John Banks (avec le casque), Walter Aubi, Armand Monroe et Dalilah (de dos).   Photo : Collection privée d'Armand Monroe

On pourrait croire que La Monroe n'est qu'un personnage fictif des romans de Michel Tremblay, mais il existe bel et bien. Armand Larrivée, alias La Monroe, a foulé les scènes des années 50 à 70 pour les premières soirées montréalaises réservées à une clientèle homosexuelle et dont il était l'organisateur. À 84 ans, il revient sur les événements marquants pour la communauté LGBTQ avec le journaliste René Saint-Louis.

Cette année, les célébrations de la communauté LGBTQ sont accentuées par le 50e anniversaire de la décriminalisation de l'homosexualité au Canada par Pierre-Elliott Trudeau en 1969.

Moi, ça ne m’a pas marqué, parce que dès le début, j’ai décidé d’être qui j’étais, sans demander la permission de personne. Après que ç’a été décriminalisé, ça n’a rien changé pour nous autres, ça a continué.

Armand Larrivée, alias La Monroe

À peine un mois après cet événement, en juin 1969, des émeutes éclatent au bar Stonewall, à New York, à la suite d'une descente de police. Malgré tous ces chamboulements, ce qui est le plus significatif pour La Monroe est le souvenir de ceux et celles qui l’ont encouragé lorsque son aventure a commencé, en 1957, au bar Tropical Room, situé dans la rue Peel à Montréal.

J’aimerais les remercier toute ma vie, parce que c’est au risque de leur propre liberté qu’ils venaient m’encourager tous les soirs.

Armand Larrivée, alias La Monroe
Armand Larrivée, alias La Monroe, dans son appartement de Montréal.
Armand Larrivée, alias La Monroe, dans son appartement de Montréal. Photo : Radio-Canada/René Saint-Louis

Chargement en cours