Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Sébastien Bernatchez
Audio fil du mardi 23 juillet 2019

Le récit d'exil de Kim Thúy

Publié le

 L'écrivaine québécoise d'origine vietnamienne Kim Thúy
L'écrivaine québécoise d'origine vietnamienne Kim Thúy   Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Pour notre série de reportages « Nous, migrants », la journaliste Dorothée Giroux a rencontré l'écrivaine Kim Thúy, qui s'est inspirée de son passé de réfugiée pour écrire son premier roman, Ru.

En 1978, trois ans après la fin de la guerre du Vietnam, Kim Thúy, ses parents et ses deux frères quittent Saigon, la capitale du Sud. Ils prennent la mer à bord d'une embarcation de fortune. Après la victoire des communistes du Nord, les emprisonnements, les camps de rééducation et la persécution déclenchent un vaste mouvement de réfugiés. Ils seront des centaines de milliers, comme Kim Thúy et sa famille, à quitter leur pays. Ils seront plus tard surnommés les « boat people ».

Kim Thúy ne pensait pas que la transition allait être aussi chaotique et aussi brutale. Toutefois, deux choix s'offraient à sa famille : rester et risquer de perdre les garçons à la guerre ou prendre la mer et espérer survivre.

Les survivants de ces embarcations ont fait face à toutes de sortes de périls. Entre 1975 et 1991, près de 1 million de réfugiés vietnamiens se sont enfuis à bord d’embarcations de fortune, et presque la moitié des boat people sont morts en mer. Après des mois passés dans un camp de réfugiés en Malaisie, la jeune Kim Thúy et sa famille ont trouvé asile au Canada.

L'expérience que j'ai eue en tant que réfugiée m'a condamnée à vivre la vie pleinement. Sachant qu'il y a eu tellement de gens qui sont morts, qui n'ont pas eu cette chance-là de vivre, j'ai l'impression que j'ai le devoir de vivre pour eux.

Kim Thúy, écrivaine d'origine vietnamienne
Kim Thúy soulève des poids.
L'écrivaine d'origine vietnamienne Kim Thúy fait souvent des exercices en consultant son ordinateur. Photo : Ivanoh Demers/Ivanoh Demers

Chargement en cours