Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alexandra Szacka, animatrice et journaliste à la radio d'ICI Première.
Audio fil du mardi 4 juin 2019

Toxicomanie, santé mentale et négligence : le quotidien des intervenants de la DPJ

Publié le

Un jeune assis sur le sol.
Le journaliste Vincent Maisonneuve et le réalisateur Charles Ménard ont suivi des intervenants de la DPJ pendant 48 heures dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve à Montréal.   Photo : iStock / Katarzyna Bialasiewicz

La mort tragique de la petite fille de Granby en mai dernier a bouleversé le Québec et a braqué les projecteurs sur le travail des intervenants en protection de la jeunesse. Afin de mieux comprendre le quotidien de ceux qui ont la lourde responsabilité de protéger les enfants, le réalisateur Charles Ménard et le journaliste Vincent Maisonneuve ont suivi pendant 48 heures des intervenants de la DPJ dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal.

Claudine Lavoie, intervenante en protection de la jeunesse dans Hochelaga-Maisonneuve, s'occupe actuellement d'une douzaine d'enfants de 0 à 5 ans.

« Quand on travaille avec des parents qui consomment, la clé, c'est la gestion du risque. Ils peuvent être un an sans consommer et tout va bien. L'enfant va à la garderie, et du jour au lendemain, on reçoit un appel de la police, parce que l'enfant est sorti seul, car les parents sont complètement gelés sur des substances. »

Seulement dans Hochelaga-Maisonneuve, ce sont des centaines d'enfants qui sont suivis par la DPJ, comme l'explique Kim Roiseux-Racine, adjointe clinique et intervenante en protection de la jeunesse.

On a en tout 280 dossiers d'enfants à gérer. Même après des années, on reste bouleversés, par ce qu'on peut voir, par ce dont on est témoins. Moi, je ne pouvais pas m'imaginer que ça se passe à côté de chez nous. On reste toujours surpris par la misère et la détresse.

Kim Roiseux-Racine, adjointe clinique et intervenante en protection de la jeunesse dans Hochelaga-Maisonneuve

Le gouvernement Legault a d’ailleurs mis sur pied la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse dans le but d'améliorer le système qui vient en aide aux enfants les plus vulnérables.

Chargement en cours