Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Sébastien Bernatchez
Audio fil du vendredi 5 avril 2019

En commémoration du génocide au Rwanda : témoignage d’une survivante

Publié le

Une femme est debout, aux côtés d'une porte, et regarde la caméra
Marie-Josée Gicali, survivante du génocide rwandais   Photo : David Ward

Elle a quitté le Rwanda quatre ans après le génocide. Aujourd'hui, elle vit près de Montréal, mais le temps et l'exil n'ont pas atténué les souvenirs que conserve Marie-Josée Gicali du 6 avril 1994. Pour souligner les 25 ans du génocide rwandais, la journaliste Dorothée Giroux l'a rencontrée.

Le matin, les militaires et les miliciens sont venus tuer les voisins. Ceux qui se sont échappés passaient dans les maisons des Tutsis pour leur dire de sortir et d’aller se cacher.

Marie-Josée Gicali, survivante du génocide au Rwanda

Marie-Josée Gicali s’étonne d’être encore en vie après le génocide. C’est un prêtre responsable, un Hutu, qui a caché des Tutsis en fuite et qui lui a sauvé la vie par la même occasion. « La vie voulait qu’il y ait des témoins, pour les entendre et les croire », ajoute la rescapée.

Une femme est debout et entourée d'arbustes au Rwanda.
Marie-Josée Gicali, survivante du génocide rwandais.   Photo : David Ward

Aujourd’hui, entendre et croire les survivants est la mission du Collectif des parties civiles pour le Rwanda, une organisation qui, depuis 2001, poursuit les coupables présumés du génocide de 1994.

Chargement en cours