Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Sébastien Bernatchez
Audio fil du mardi 3 avril 2018

La Turquie, en plein repositionnement stratégique à l’international

Publié le

Le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue russe, Vladimir Poutine, se serrent la main après leur rencontre à Ankara, le 3 avril 2018.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue russe, Vladimir Poutine, se serrent la main après leur rencontre à Ankara, le 3 avril 2018.   Photo : Reuters / Sputnik Photo Agency

Construction d'une centrale nucléaire, installation d'un gazoduc, vente de missiles S-400, les relations économiques sont en pleine croissance entre la Turquie et la Russie. En entrevue avec Manon Globensky, le spécialiste de la Turquie Vahid Yücesoy explique que le pays se rapproche progressivement de la sphère d'influence de la Russie tout en s'éloignant de celle de ses alliés traditionnels, les membres de l'OTAN.

Nous assistons à une réévaluation par la Turquie de ses alliances. Il est toutefois trop tôt pour parler d’une rupture complète des relations entre l’OTAN et la Turquie.

Vahid Yücesoy, doctorant en science politique à l’Université de Montréal

La source de cette réorientation sur l’échiquier mondial? C'est la frustration qu’a accumulée le président turc, Recepp Tayip Erdogan, envers les puissances occidentales ces derniers temps, explique Vahid Yücesoy. Le refus des Américains d’extrader Fethullah Güllen, présumé initiateur du coup d’État avorté de l’été 2016, a été mal accueilli par le gouvernement turc. De plus, le soutien tacite de pays comme la France envers la minorité kurde n’a fait qu’envenimer les relations entre la Turquie et les membres de l’OTAN dans les derniers mois.

Pourtant, comme le rappelle le spécialiste de la Turquie, les relations turco-russes ont historiquement été tendues, malgré certains moments de proximité. Par conséquent, rien ne garantit la stabilité de cette nouvelle amitié entre les deux pays, selon Vahid Yücesoy : « Il y a toujours une certaine méfiance de la part des Turcs envers la Russie. C’est donc une paix dont les résultats, ou l’avenir, sont vraiment incertains. »

Chargement en cours