•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les notions de liberté individuelle et de responsabilité collective en temps de pandémie

L'heure du monde

Avec Jean-Sébastien Bernatchez

En semaine de 18 h à 19 h
(en rediffusion à 4 h)

Les notions de liberté individuelle et de responsabilité collective en temps de pandémie

Deux manifestants masqués au premier plan, sous le regard d'un officier de police au second plan.

Selon Jocelyn Maclure, plusieurs vont céder à la tentation de faire passer leur intérêt personnel en premier lorsque le contexte extérieur est difficile.

Photo : CBC/Evan Mitsui

L'éthique et la vertu n'ont pas suffi pour briser la deuxième vague de coronavirus au Québec, d'où l'imposition prochaine d'un nouveau confinement. Jocelyn Maclure, professeur à la Faculté de philosophie à l'Université Laval et directeur de la Commission de l'éthique en science et en technologie du Québec, nous explique en quoi des facteurs sociétaux et moraux sont en cause dans cette hausse de cas, alors que dans plusieurs pays asiatiques, la notion de bien commun a aidé à contenir la propagation du virus.

« Il est clair que c'est une crise très exigeante, qui demande beaucoup de sacrifices aux individus depuis le mois de mars, explique Jocelyn Maclure. Ce n'est pas un contexte qui est favorable à une sorte d'abnégation, où l'on ferait passer des intérêts collectifs avant des intérêts individuels. »

Dans les sociétés asiatiques démocratiques, on peut penser que l'influence historique du confucianisme, où le principe de responsabilité prime celui de la liberté, a pu inciter les gens à respecter plus naturellement l'autorité et les mesures sanitaires, selon le professeur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi