Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

'animateur d'ICI Première Jean-Sebastien Bernatchez
Audio fil du vendredi 8 novembre 2019

Des films de famille pour comprendre la RDA et la chute du mur de Berlin

Publié le

Un homme tente de faire tomber une partie du mur de Berlin, le 12 novembre 1989.
Un homme tente de faire tomber une partie du mur de Berlin, le 12 novembre 1989.   Photo : La Presse canadienne / John Gabb

La vie en République démocratique allemande était ponctuée de moments grandioses autant que d'instants banals. Avec le temps, les gens ont oublié les nuances de la vie quotidienne ainsi que le rôle du peuple dans la chute du mur de Berlin. Du moins, c'est la prémisse sur laquelle s'est basé Laurence McFalls, professeur au Département de science politique de l'Université de Montréal, pour établir la banque d'archives Open Memory Box, la plus grande collection numérisée de films de famille est-allemands. Son but est de se servir des films de famille pour déclencher des souvenirs.

Ce qui manquait souvent dans les explications, c’est ce qui a fait bouger tout ce beau monde-là, parce que les grands événements de l’histoire surgissent de la vie quotidienne. Pour que les gens eux-mêmes prennent en main leur destin, ça ne vient pas d’en haut, ça vient d’eux-mêmes et c’est ce que je voulais chercher, les motivations intrinsèques et internes à la société.

Laurence McFalls, professeur au Département de science politique de l'Université de Montréal

Avec les archives des films de famille, Laurence McFalls veut montrer ce qu’était réellement la RDA et remettre au centre du discours le rôle des gens ordinaires qui sont descendus dans la rue malgré la peur.

J’étais fâché contre la science politique et les politiciens parce que personne n’a vu venir cet événement-là. Dès que l'événement s’est produit, tout le monde avait son explication et, en général, ces explications avaient tendance à évacuer le rôle des gens qui avaient fait cet événement-là, des dizaines de milliers de personnes.

Laurence McFalls, professeur au Département de science politique de l'Université de Montréal

Chargement en cours