•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Everest à nouveau visible grâce au confinement

L'heure du monde

Avec Jean-Sébastien Bernatchez

En semaine de 18 h à 19 h
(en rediffusion à 4 h)

L’Everest à nouveau visible grâce au confinement

Le mont Everest.

En raison de la baisse du niveau de pollution due à l'arrêt de plusieurs activités, le mont Everest est à nouveau visible depuis Katmandou pour la première fois depuis plusieurs années.

Photo : Getty Images / Prakash Mathema/AFP/Getty Images

En raison de la baisse du niveau de pollution atmosphérique due à l'arrêt de plusieurs activités, le mont Everest est à nouveau visible depuis Katmandou, au Népal. C'est la première fois depuis presque un demi-siècle, selon les médias locaux. Une bonne nouvelle pour les gens pouvant apprécier du paysage, mais aussi pour leurs poumons. Le journaliste Étienne Leblanc s'est penché sur la question.

La pollution urbaine – majoritairement provoquée par les usines, les voitures et la combustion des énergies fossiles – diminue rapidement lorsque les émetteurs de particules cessent d’en produire, contrairement au CO2.

Le CO2 reste dans l'atmosphère une centaine d'années. Ça, c'est vraiment une durée de vie. Quand on émet du carbone, ça reste là longtemps. Mais la pollution, non. Il y a des polluants qui partent au bout d'une heure, d'autres au bout d'une semaine, voire un mois. Aussitôt qu'on arrête l'émission de polluants – qui sont aussi reliés au gaz à effet de serre, parce que c'est la combustion des fossiles qui crée à la fois les polluants et les gaz à effet de serre –, l'atmosphère se nettoie. On l'a vu dans plein de villes normalement extrêmement polluées. On voit le ciel bleu apparaître.

Corinne Le Quéré, climatologue

Outre le spectacle visuel agréable, la diminution de la pollution de l’air est également profitable à la santé de la population. Les particules comme le dioxyde d’azote franchissent les parois du poumon et atteignent les voies respiratoires. Selon le dernier rapport de l'OMS sur le sujet, la pollution de l'air tuerait environ 7 millions de personnes par année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi