•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'heure du monde

Avec Jean-Sébastien Bernatchez

En semaine de 18 h à 19 h
(en rediffusion à 4 h)

Le confinement provoque une réduction importante des émissions de gaz à effet de serre

Des camions et des voitures roulent sur une autoroute.

43 % des baisses de gaz à effet de serre sont dues à la réduction du transport routier.

Photo : Getty Images

Le confinement des populations a provoqué une baisse de 17 % des émissions quotidiennes de gaz à effet de serre dans le monde par rapport à la période de janvier à avril 2019. C'est la conclusion d'une étude exhaustive publiée aujourd'hui dans la revue Nature Climate Change (Nouvelle fenêtre). Ce phénomène aura-t-il un effet durable? Le journaliste Étienne Leblanc s'est entretenu avec l'auteure principale de l'étude, la climatologue québécoise Corinne Le Quéré.

Ces réductions d'émissions sont essentiellement expliquées par la diminution de deux sources de pollution : le transport routier et la production d'énergie. Pour l'ensemble de l'année 2020, ça se traduirait par une baisse de 4 % à 5 % des émissions mondiales, voire 7 %, selon les chercheurs. Cependant, si cette réduction ne se maintient pas dans le temps, elle n’aura pas d’incidence sur les changements climatiques, puisqu’une fois dans l'atmosphère, les gaz à effet de serre agissent pendant plusieurs décennies.

Pour arrêter les changements climatiques, il faut que les émissions soient ramenées à zéro. On voit bien qu’on ne peut pas ramener les émissions à zéro juste avec des changements de comportement, mais qu’il faut des actions année après année. Donc le fait que l’on ait une baisse extrême en émission, ce n’est pas ça qui nous aide à répondre aux changements climatiques, ça nous montre que c’est possible de faire des actions, mais ce n’est pas ça comme tel qui nous aide.

La climatologue Corinne Le Quéré

Si l’on veut voir un effet à long terme sur le climat, la climatologue Corinne Le Quéré croit qu’il faudra prendre des mesures économiques structurelles profondes pour renverser la croissance des émissions, et ce, sur plusieurs années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi

  • Ça s'explique

  • Midi info

  • Mêlée politique

  • Les faits d'abord