•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles tarifications routières pour remplacer la taxe sur l’essence?

L'heure du monde

Avec Philippe-Antoine Saulnier

En semaine de 18 h à 19 h
(en rediffusion à 4 h)

De nouvelles tarifications routières pour remplacer la taxe sur l’essence?

Audio fil du mardi 17 septembre 2019
Des cônes orange bordent le long d'une autoroute.

L'enveloppe destinée à l'entretien des routes et à l'offre de transport en commun dépend largement de la taxe sur le carburant.

Photo : Getty Images

Au Québec, les automobilistes doivent s'attendre à payer davantage pour financer les réseaux routiers et les systèmes de transport en commun. Une étude réalisée par un groupe de chercheurs recommande de mettre en place des péages et des tarifs kilométriques, en plus d'augmenter la taxe sur l'essence. Le journaliste à l'économie Philippe-Antoine Saulnier a étudié la question.

Même si les dépenses augmentent pour l’entretien des routes et l'offre de transport collectif, l'enveloppe qui leur est destinée diminue, puisqu'elle dépend largement de la taxe sur le carburant. Ceci s’explique par le fait que des véhicules consomment de moins en moins d'essence et par l’augmentation du nombre de voitures électriques sur les routes.

Transit, un regroupement de chercheurs et d'organismes qui milite pour un meilleur financement des transports collectifs, propose donc de hausser la taxe sur l'essence et de la remplacer éventuellement par un système de tarification routière. Celui-ci peut prendre la forme de péages ou de compteurs kilométriques.

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain est favorable à de nouvelles tarifications routières, afin d’éviter que d’ici quelques années les voitures électriques circulent sur les routes, mais soient exemptées de la taxe sur l’essence.

On aura cette absurdité où les gens plus riches auront acheté de nouveaux véhicules électriques, et les gens qui ont plus de difficultés [utiliseront] des voitures à essence. Ces derniers se retrouvent à soutenir de façon déséquilibrée les investissements dans le transport en commun ou dans les routes.

Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Ces propositions seront étudiées par le gouvernement Legault, qui a lancé des consultations sur le financement de la mobilité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi

  • Ça s'explique

  • Midi info

  • Mêlée politique

  • Les faits d'abord