Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alexandra Szacka, animatrice et journaliste à la radio d'ICI Première.
Audio fil du jeudi 9 mai 2019

L’Alabama empêchera l’accès à l’avortement, même en cas d’inceste ou d’agression

Publié le

Une manifestation pro-avortement devant la Cour suprême des États-Unis
L'Alabama a clairement indiqué vouloir que sa loi se rende en Cour suprême américaine pour espérer une annulation de Roe v. Wade.   Photo : Reuters / Joshua Roberts

Le Sénat de l'Alabama adoptera dans quelques jours la loi la plus restrictive sur l'avortement aux États-Unis. Celle-ci interdira la procédure dès la conception du fœtus, sans exception pour les grossesses résultant de viol ou d'inceste. Manon Globensky s'est penchée sur la question.

« Une personne, c'est un être humain, incluant un enfant à naître à tout stade de développement in utero et sans égard à sa viabilité », avance le sénateur républicain Clyde Chambliss.

L’Alabama deviendra le cinquième État américain cette année à durcir les règles concernant l'accès à l'avortement dans l'espoir de rouvrir le débat devant la Cour suprême des États-Unis, où les juges conservateurs détiennent désormais une majorité.

En 1973, le jugement « Roe v. Wade » rendu par la Cour suprême avait aboli les restrictions mises en place par les États sur les avortements avant la viabilité du fœtus.

Chargement en cours