Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Serge Olivier
Audio fil du lundi 10 décembre 2018

Chercheurs ontariens : l'orthophoniste Chantal Mayer-Crittenden

Publié le

Chantal Mayer-Crittenden dans les studios de Radio-Canada à Sudbury
Chantal Mayer-Crittenden, professeure agrégée à l'École d'orthophonie de l'Université Laurentienne   Photo : Radio-Canada / Patrick Wright

Tous les lundis, les émissions l'Heure de pointe et Ça parle au Nord reçoivent des chercheurs franco-ontariens d'un peu partout en province pour discuter de leurs travaux de recherche.

Chantal Mayer-Crittenden est professeure agrégée à l’École d’orthophonie de l’Université Laurentienne, à Sudbury.

Ses recherches portent notamment sur l’apprentissage du français comme langue seconde en milieu minoritaire et sur les troubles du langage.

Au début de sa carrière d’orthophoniste, Mme Mayer-Crittenden a travaillé au centre de traitement pour enfants à Horizon Santé-Nord et au Conseil scolaire public du Grand Nord de l’Ontario.

Elle a alors constaté que le nombre croissant d’enfants dont le français est la deuxième langue rendait de plus en plus difficiles les diagnostics.

C’est alors qu’elle a décidé de poursuivre un doctorat pour tenter de répondre aux questions qu’elle se posait sur l’apprentissage des langues en contexte minoritaire.

Apprentissage du français en contexte minoritaire

Pour son doctorat, elle a suivi trois groupes d’enfants âgés de 4 ans, respectivement des francophones unilingues, des francophones bilingues et des anglophones qui apprenaient le français à l’école.

En comparant ses résultats à ceux d’une étude semblable menée au Québec, on a pu comprendre que les Franco-Ontariens bilingues réussissent moins bien, car ils sont moins exposés à leur langue. C’est même le cas avec les enfants unilingues francophones.

Plus un enfant est exposé à une langue quelconque, mieux sera sa compétence linguistique dans cette langue.

Chantal Mayer-Crittenden, professeure agrégée à l’École d’orthophonie de l’Université Laurentienne

Le conseil qu’elle donne aux parents et aux enseignants, c’est d’augmenter le nombre d’heures d’exposition à langue qu’ils essaient d’apprendre.

Dans les prochaines semaines, Chantal Mayer-Crittenden enregistrera un balado qui expliquera la pathologie de la parole et du langage et d’autres processus qui affectent notre communication quotidienne.

Les premiers épisodes de son nouveau projet seront diffusés au début de 2019.

Chargement en cours