Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle debout habillée de noir
Audio fil du mardi 4 décembre 2018

Appui du Québec aux Franco-Ontariens : élan de solidarité circonstanciel?

Publié le

Franco-Ontarians protest cuts to French services by the Ontario government in Ottawa on Saturday, Dec. 1, 2018. THE CANADIAN PRESS/Patrick Doyle
Des milliers de gens ont manifesté contre les compressions en Ontario français à Ottawa.   Photo : La Presse canadienne / Patrick Doyle

Depuis que le gouvernement de Doug Ford a présenté son énoncé économique dans lequel on annonçait la fin du Commissariat aux services en français et de l'Université de l'Ontario français, les Québécois manifestent leur solidarité au mouvement de résistance des Franco-Ontariens.

Des manifestations de solidarité

La ministre québécoise responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Sonia LeBel, a publié un texte d'opinion dans Le Droit pour donner son appui aux francophones de l'Ontario.

Le premier ministre du Québec, François Legault avait plaidé la cause des francophones auprès de Doug Ford lors de son passage à Toronto, il y a quelques semaines.

Par ailleurs, le mouvement de résistance des Franco-Ontariens jouit d'une couverture médiatique qui semble sans précédent dans la belle province.

Mentionnons au passage que le drapeau franco-ontarien a flotté au-dessus de l'Assemblée nationale, à Québec.

Une solidarité québécoise nouvelle ou circonstancielle?

Sert-elle un discours qui profite aux Québécois?

Anne-Andrée Denault est sociologue, politologue et chercheuse associée à la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques à l'Université d'Ottawa.

Elle affirme que l'appui aux communautés francophones incluant la communauté franco-ontarienne n'est pas nouveau.

Dans un texte qu'elle signe dans le quotidien Le Devoir, elle affirme que la stratégie entourant la politique québécoise récente traitant de la francophonie canadienne est d'engager les homologues provinciaux du Québec à travailler à la promotion, à la protection, à la pérennité et à la vitalité du fait français au Canada.

Toutefois, pour que cette politique dite de réciprocité fonctionne, il faut que le gouvernement ontarien montre une ouverture. Ce n'est pas le cas en ce moment. Elle poursuit en disant que René Lévesque, avait aussi subit un échec à cet égard.

Elle avance que ses études sur la vision des communautés francophones au sein des différents partis politiques québécois confirment une certaine continuité. Autant le Parti québécois que le Parti libéral ont des plates-formes qui s'intéressent aux francophones hors Québec.

Ce qu'il y a de nouveau, dans les événements récents, c'est la vague de sympathie de la société civile à l'égard du mouvement de "résistance" des Franco-Ontariens.

Chargement en cours