•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le documentaire « Surviving Bokator » en première canadienne à Hamilton

L'heure de pointe Toronto/Windsor

Avec Alison Vicrobeck

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Le documentaire « Surviving Bokator » en première canadienne à Hamilton

Audio fil du vendredi 9 novembre 2018
Un homme (Mark Bochsler) et une femme (Sandra Leuba) dans un studio radio de Radio-Canada.

Le réalisateur du documentaire «Surviving Bokator» Mark Bochsler, et la productrice Sandra Leuba.

Photo : Radio-Canada / Alain-Julien Godbout

Le film documentaire « Surviving Bokator », réalisé par Mark Bochsler et produit par Sandra Leuba, est présenté en première canadienne dans le cadre du Festival de film d'Hamilton.

Le Bokator est un très ancien art martial du Cambodge qui a presque entièrement disparu lors du génocide des Khmers rouges, dans les années 70.

Le documentaire, présenté en première canadienne à Hamilton, a vu le jour à la suite d'une rencontre avec un maître du Bokator, M. San Kim Sean, et le réalisateur Mark Bochsler et la productrice, Sandra Lauba. Il aura fallu en tout huit ans pour tourner et produire le film.

Dans ce documentaire, le réalisateur retrace l'histoire de Cambodgiens souhaitant ressusciter cet art et illustrer les difficultés de ce peuple, qui tente de se remettre collectivement d'un génocide.

Le réalisateur souhaite également mettre en perspective la manière dont les nouvelles générations sont davantage tournées vers le futur et se sentent moins interpellées par les cicatrices laissées par le régime de Pol Pot.

En tout, 2,5 millions de Cambodgiens sont morts dans le génocide des années 70 et de nombreux intellectuels, artistes et professeurs sont disparus.

En plus des pertes humaines, « Surviving Bokator » revient sur la perte du niveau culturel de cette époque.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi