Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Serge Olivier
Audio fil du mardi 16 octobre 2018

Ce qu'il faut savoir sur les campagnes municipales dans le Sud et le Sud-Ouest ontarien 

Publié le

Un crayon trace une croix sur un bulletin de vote.
Le jour du scrutin est fixé au lundi 22 octobre 2018   Photo : iStock

Peter Graefe est politologue à l'Université McMaster. Au micro d'Isabelle Fleury, il donne trois clés pour mieux comprendre les enjeux des campagnes municipales dans le sud et le sud-ouest ontarien en vue du scrutin le 22 octobre.

Qui sort voter?

Ce sont majoritairement les propriétaires qui votent aux élections municipales, puisqu'ils sont directement touchés par les taxes foncières et les services. Une grande partie de l'électorat est donc bien nanti, mais aussi préoccupé par la qualité de vie dans la communauté. Dans le même ordre d’idée, le logement social ou abordable ne semble pas être un enjeu pour ceux qui iront voter. Toutefois, Peter Graefe fait remarquer que dans certaines municipalités comme à Hamilton et à Burlington, l’accès au logement semble avoir fait sa place dans la campagne.

Les grands thèmes

Parmi les thèmes qui ont dominé le débat politique, on retrouve les coûts liés à la réfection des infrastructures. Il y a des crises dans les municipalités qui n’arrivent pas à maintenir les infrastructures existantes. Par exemple, à London et à Hamilton, on retrouve de graves problèmes de transport en commun, car les municipalités n’ont pas les ressources pour faire des investissements majeurs.

La légalisation de la marijuana est également devenue un enjeu pour plusieurs électeurs. Les citoyens ont davantage d'inquiétudes en lien avec la sécurité et c'est pourquoi certains conseillers ont imposé le sujet. C’est notamment le cas dans le quartier Jane-Fich, à Toronto. Dans les plus petites communautés, dans les régions plus agricoles, on s’inquiète de l’impact de la culture du cannabis.

Le taux de participation

Le taux de participation au vote par anticipation à Toronto la semaine dernière était en baisse de près de 30 % par rapport au vote par anticipation à l'élection municipale de 2014. Selon la Ville, plus de 124 000 électeurs torontois ont voté par anticipation du 10 au 14 octobre dernier, comparativement à 160 000, lors du vote par anticipation, il y a quatre ans, alors que John Tory affrontait Doug Ford. La greffière municipale Ulli Watkiss se dit tout de même satisfaite du taux de participation cette année.

Chargement en cours