•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le port du masque à l’intérieur : de la suggestion à l’obligation

L'heure de pointe Toronto/Windsor

Avec Alison Vicrobeck

En semaine de 15 h à 18 h

Le port du masque à l’intérieur : de la suggestion à l’obligation

Rattrapage du mercredi 30 décembre 2020
Un homme portant un masque sort d'une station de métro.

Un homme sort d'une station de métro à Toronto. Le port du masque est obligatoire dans les transports publics à Toronto.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Maintenant chose commune dans tous les lieux publics intérieurs de l'Ontario, le port du masque n'a pas été recommandé par l'Agence de la santé publique du Canada avant le 6 avril, presque un mois après que l'Organisation mondiale de la santé ait déclaré l'état de pandémie. La ville de Toronto a par la suite attendu jusqu'au mois de juillet avant de rendre le masque obligatoire dans tous les commerces et lieux publics intérieurs.

Le masque peut être un couteau à double tranchant si on ne fait pas attention et il y avait beaucoup d’inquiétude [au début de la pandémie] parmi les experts que le port du masque universel créerait un faux sens de sécurité, contextualise Marc Desjardins, microbiologiste à l'hôpital d'Ottawa.

Selon le microbiologiste, le Canada a eu l’avantage d’être l’un des derniers pays à être touché par la propagation du virus et a ainsi pu apprendre des erreurs des autres. Mais ce retard a aussi été un désavantage: tout le monde a utilisé les inventaires et les ressources pour pouvoir gérer la pandémie, donc on a été surpris du manque d’équipement de protection personnel que nous avions au Canada, explique Marc Desjardins.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi