•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comprendre les modélisations de l'évolution de la COVID-19

L'heure de pointe Toronto/Windsor

Avec Alison Vicrobeck

En semaine de 15 h à 18 h

Comprendre les modélisations de l'évolution de la COVID-19

Rattrapage du lundi 30 novembre 2020
Illustration d'un centre de données.

L'Institut de santé globale de l’Université de Genève utilise un supercalculateur pour simuler les projections de cas de COVID-19 dans différents pays.

Photo : getty images/istockphoto / gorodenkoff

Depuis le début de la pandémie, les médias relaient des prévisions sur l'évolution de la maladie. En partant des données connues, les modélisateurs simulent donc la réalité future et ces projections participent à la prise de décisions des autorités sanitaires.

Parfois effrayants, parfois optimistes, ces chiffres sont à considérer avec précaution et blâmer les modélisateurs qui font ces projections serait une réaction trop rapide.

Jacques Bélair, spécialiste des modélisations épidémiologiques de l’Université de Montréal, estime qu’il faut considérer les modélisations comme une combinaison de prévisions et de possibilités d’évolution.

Le principe de la modélisation est de considérer les hypothèses actuelles pour essayer de voir à court, moyen et long terme, l’évolution de la pandémie. Cette évolution est considérée sous différentes hypothèses. Et le plus crucial dans la détermination, ce sont les hypothèses que l’on fait, à partir des données que l’on connaît, nous dit M. Bélair.

Mais un des aspects les plus incertains reste le comportement humain, un facteur déterminant, mais imprévisible quant à la façon la pandémie peut évoluer.

Tous les aspects sociaux sont imprévisibles au sens exact. On peut , dans une certaine mesure au sens statistique, faire de grandes lois, mais c’est plus compliqué de suivre l’épidémiologie que de comprendre le comportement d’un pont quand on fait de la mécanique ou du génie civil. [...] Les gens sont plus difficiles à prédire que les poutres!

Jacques Bélair, spécialiste des modélisations épidémiologiques de l’Université de Montréal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi