•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'heure de pointe Toronto/Windsor

Avec Alison Vicrobeck

En semaine de 15 h à 18 h

Mardi c'est l'automne! Quel temps nous réserve-t-il?

Rattrapage du vendredi 18 septembre 2020
Des arbres colorés en raison de la saison automnale.

Des arbres montrent leurs plus belles couleurs d'automne.

Photo : iStock

Qu'elles viennent d'Environnement Canada ou des prévisions américaines, les prévisions pour cet automne au pays semblent toutes converger vers un automne doux et un hiver tardif.

Selon Pascal Yiacouvakis, météorologue à Radio-Canada, les températures franchiront à nouveau la barre des 20 °C, voire des 25 °C, la semaine de l'arrivée de l'automne.

Est-ce que ce sera déjà l'été indien?

Sans doute pas, indique l'expert qui rappelle par ailleurs que pour que ce phénomène ce produise, il faut qu'il y ait eu des périodes de gel d'abord et que le temps soit sec avec une température supérieure d'au moins cinq degrés par rapport aux normales saisonnières pendant au moins trois jours d'affilée par la suite.

Un homme devant un écran en train de dévoiler la météo du jour.

Le météorologue Pascal Yiacouvakis au Téléjournal 18h à Radio-Canada.

Photo : Radio-Canada

Et côté précipitations?

Selon Pascal Yiacouvakis, si les prévisions en matière de températures sont assez fiables, celles côté précipitations le sont beaucoup moins.

La météorologie est une science exacte parce que c’est de la physique, des mathématiques, de l’informatique. Ce qui n’est pas exact c’est la prévision. Une prévision ne peut pas être parfaite parce qu’elle est basée sur une prévision.

Pascal Yiacouvakis, météorologue à Radio-Canada

Il indique toutefois que pour l'heure, l’automne s'annonce plutôt sec.

Un hiver influencé par la Niña

Pour l’hiver à venir, les prévisions sont encore floues. Selon M. Yiacouvakis, des interrogations subsistent parce que la Niña est en train de se développer dans le Pacifique. Ce phénomène qui s'accompagne d'eaux plus froides que la normale au niveau de l’équateur pourrait brouiller les cartes, particulièrement dans l’Ouest du pays.

Ce phénomène pourrait entraînerait des températures plus près des normales ou plus froides froides avec plus de neige.

Les prévisions actuelles n’avaient pas anticipé ce phénomène en développement, souligne Pascal Yiacouvakis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi