•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'heure de pointe Toronto/Windsor

Avec Alison Vicrobeck

En semaine de 15 h à 18 h

[Sur]vivre à Toronto avec un salaire de travailleur essentiel

Rattrapage du jeudi 17 septembre 2020
Portrait du visage d'Ashley Montera, travailleuse essentielle pendant la pandémie.

Ashley Montera, travailleuse essentielle pendant la pandémie, témoigne de la difficulté de vivre à Toronto avec le salaire minimum.

Photo : Avec l'aimable autorisation de Ashley Montera

Pour ceux qui touchent le salaire minimum, il est très difficile de joindre les deux bouts en vivant à Toronto. Témoignage d'une jeune femme de 19 ans qui travaille dans un supermarché de la ville.

Pour Ashley Montera, il faut beaucoup travailler et faire preuve de discipline, faire des calculs pour planifier toutes les dépenses. Ashley a 19 ans, elle vit seule et touche à peine plus que le salaire minimum. Elle dit que ses dépenses principales sont d’abord son loyer, puis ses frais d’alimentation, de cellulaire, d’Internet et de buanderie. Il ne lui reste que peu de moyens pour le reste.

Ashley commence une école pour adultes. Elle n’a donc n’a pas droit aux prêts étudiants.

Pendant la pandémie, Ashley a bénéficié d’une augmentation de salaire qui a beaucoup aidé. Elle a pu acheter plus de choses qui lui plaisaient, relaxer un peu plus et elle aimerait que cette augmentation soit permanente.

Si la jeune femme a apprécié les remerciements exprimés par le public pendant la pandémie, pour elle, les mercis ne suffisent pas, car c’est l'argent qui a vraiment le pouvoir dans ce monde.

Ashley va bientôt déménager et devra payer un loyer plus élevé, ce qui va l’obliger à dépenser ses économies en attendant son entrée à l’université. Elle compte alors avoir accès aux prêts et bourses étudiants.

Il faut juste être réaliste. Honnêtement, si je ne calcule pas correctement chacune de mes dépenses, c’est la fin. Si je dépense trop sur des vêtements, je dois savoir que je ne peux pas manger la semaine prochaine. Je dois décider : est-ce que je veux manger ou est-ce que je veux des beaux vêtements?

Ashley Montera, travailleuse essentielle

Ashley admet que son éducation l’a préparée à faire attention à l’argent. Elle a grandi dans la pauvreté et sa mère lui a donné la conscience de la valeur de l’argent, de la difficulté à le gagner et de la facilité à le dépenser!

Dans son milieu de travail, elle constate que, même si ses collègues sont, pour la plupart, plus âgés qu’elle, ils ont aussi des difficultés financières. En temps de pandémie, son travail la stresse davantage et elle espère que les travailleurs essentiels comme elle seront, à l’avenir, reconnus pour leurs efforts avec une nécessaire augmentation de salaire, bien sûr, mais aussi avec un peu plus de respect, de reconnaissance et de valeur, nous dit Ashley.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi