•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'heure de pointe Toronto/Windsor

Avec Alison Vicrobeck

En semaine de 15 h à 18 h

Explosions au Liban : témoignage de Raphael Haddad

Rattrapage du mercredi 5 août 2020
Le centre-ville de Beyrouth est dévasté.

Les Libanais sortent dans les rues pour ramasser les débris causés par les explosions.

Photo : Avec l'autorisation de Raphael Haddad

Environ 20 minutes avant les explosions, Raphael Haddad se trouvait dans un quartier moderne à environ 300 mètres du port de Beyrouth. Malgré la distance qui le séparait des lieux, son véhicule a été secoué par les déflagrations qui ont dévasté la capitale libanaise et qui ont fait plus de 135 morts, 5000 blessés et 300 000 sans-abri, selon un bilan encore provisoire.

Le Libanais qui est établi à Toronto depuis 1996 se dit perturbé et constate avec tristesse et désarroi l’étendue des dégâts et le nombre de personnes qui n’ont pas été aussi chanceuses que lui.

Les gens allaient d’un hôpital à l’autre pour entrer aux salles d’urgence, mais les hôpitaux qui étaient encore opérationnels étaient déjà bondés, explique-t-il.

M. Haddad est revenu prêter main-forte à Beyrouth aujourd’hui et il décrit une atmosphère très macabre.

C’était pas assez d’avoir la COVID [...], une situation économique médiocre, et les sanctions économiques américaines. En plus, il y a 300 000 personnes qui se retrouvent dans la rue. C’est incroyable.

Raphael Haddad

Malgré la tragédie, Raphael Haddad observe partout la solidarité libanaise qu’il connaît bien, avec les gens dont les maisons ont été épargnées qui accueillent leurs familles et amis qui ont tout perdu, et des hôtels qui ouvrent leurs portes gratuitement à ceux qui n'ont plus de domicile.

Des gens en voiture

Raphael Haddad est revenu au centre-ville de Beyrouth avec son ami Nabil et de jeunes scouts pour aider à nettoyer les débris.

Photo : Avec l'autorisation de Raphael Haddad

Le Torontois d’adoption reste tout de même très inquiet de ce qui attend le peuple libanais. Il craint qu’une pénurie de pain et de denrées de base se rajoute à une pénurie de médicaments.

Pour la suite des choses, il estime qu’il est nécessaire que le gouvernement investisse rapidement pour reconstruire les hôpitaux et les centres de couveuses pour les bébés qui ont été détruits par l’explosion, ainsi que pour se procurer les médicaments et les denrées nécessaires pour que les gens puissent manger.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi