•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'heure de pointe Toronto/Windsor

Avec Alison Vicrobeck

En semaine de 15 h à 18 h

Éducation : fini les choix entre entre cours « appliqués » et « théoriques » pour les élèves de 8e année

Rattrapage du lundi 6 juillet 2020
Un enseignant est assis sur son bureau et montre des choses au tableau. Des élèves sont assis en classe et écoutent.

Yolanda B’Dacy croit que le système de filières nuit aux chances de réussite des élèves.

Photo : iStock / skynesher

Les élèves de 8e année en Ontario n'auront bientôt plus besoin de choisir entre des cours de type « appliqué » ou « théorique » avant leur entrée au secondaire, un système qu'il qualifie de « systématiquement raciste et discriminatoire » par le ministre de l'Éducation Stephen Lecce en entrevue exclusive avec le Toronto Star.

Les réflexions de Yolanda B’Dacy, officière au syndicat des enseignants de l'élémentaire de Toronto et ex vice-présidente du syndicat abondent dans le même sens.

Ça fait des années qu’on sait que ça ne marche pas, affirme-t-elle. Selon Yolanda B’Dacy, le système en place a eu beaucoup d’effets néfastes pour des communautés pauvres et des communautés immigrantes.

Selon un rapport publié en 2017 par le professeur de l'Université York, Carl James, les adolescents noirs étaient orientés vers des cours appliqués à des taux beaucoup plus élevés que les autres étudiants. Cette orientation réduirait les chances de se rendre à l’université parce que les prérequis ne font pas partie du voletappliqué, pense Yolanda B’Dacy.

La membre du syndicat des enseignants de l'élémentaire de Toronto croit que non seulement le choix entre des cours appliqués et théoriques se fait fait trop tôt dans le parcours scolaire, mais il qu'il existe un biais contre certains enfants.

Dès l’enfance, le comportement ou les problèmes des enfants sont vus d’une optique où il n’y a plus de manière de les aider, donc arrivés à la 8e année, c’est trop tard. C’est un biais raciste et inconscient, ajoute Yolanda B’Dacy.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi