•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retrait d’images publicitaires représentant des stéréotypes raciaux

L'heure de pointe Toronto/Windsor

Avec Alison Vicrobeck

En semaine de 15 h à 18 h

Retrait d’images publicitaires représentant des stéréotypes raciaux

Rattrapage du jeudi 18 juin 2020
Des bouteilles de sirop Aunt Jemima sur un rayon d'épicerie.

Des bouteilles de sirop Aunt Jemima sur un rayon d'épicerie en Californie, le 17 juin 2020

Photo : Getty Images / Justin Sullivan

Des marques ont décidé de revoir les symboles de certains de leurs produits qui perpétuent des stéréotypes raciaux. Ainsi Aunt Jemima, Uncle Ben's et d'autres vont bientôt disparaître des étagères de nos supermarchés dans leurs formes actuelles et vont être repensés à la lumière des événements récents.

L’image de Aunt Jemima, une femme noire dont le visage apparaît depuis plus de 130 ans sur les bouteilles de sirop d’érable et les préparations pâtissières de Quaker, va disparaître d’ici la fin de l’année a promis l’entreprise, qui appartient au groupe Pepsico.

L’image d’Uncle Bens va également évoluer d’après un communiqué de Mars, autre géant de l’agroalimentaire mondial, sans préciser comment. D’autres marques leur emboîtent le pas comme Mrs Butterworth’s et sa bouteille en forme de matrone ou Cream of Wheat et l’image de son cuisinier noir.

D’après Philippe Garneau, Président et chef de création chez GWP Brand Engineering, à l’époque de sa création, l'image de Aunt Jemima avait peut-être une raison d’être parce qu'elle vendait l’idée de la bonne nourriture faite maison par une servante noire. À notre époque, ces images peuvent être considérées comme offensantes parce que, bien sûr, la société a changé.

Ce qu’on voit maintenant dans ces images ce sont les représentations de serviteurs noirs au service des blancs. Même si l’image de Aunt Jemima a évolué au cours des années - elle a rajeuni et ne porte plus l’uniforme de la servante - le malaise persiste quand on voit cette image à la lumière des récents événements.

Le marketing n’est pas sujet à la raison, mais plutôt aux appétits et humeurs du public et le public en a assez maintenant. Et avec ce qui vient de se passer aux États-Unis, c’est une occasion rêvée pour ces marques de vraiment changer et on dirait qu’elles vont toutes le faire en même temps.

Philippe Garneau, Président et chef de création chez GWP Brand Engineering
Photo en noir et blanc de Philippe Garneau, Président et Chef de Création chez GWP Brand Engineering

Philippe Garneau, Président et chef de Création chez GWP Brand Engineering.

Photo : avec l'aimable autorisation de Philippe Garneau

Philippe Garneau ne pense pas pour autant qu’il faudra éviter dorénavant tous les personnages qui symbolisent une marque, un stratagème payant en marketing. D’après lui, si le lien est logique avec le personnage, la publicité pourra continuer à utiliser ces symboles d’une marque. Les publicitaires seront cependant peut-être plus méfiants avant d’arrêter leur choix sur un personnage et se soucieront si ce choix est susceptible d'offenser une partie de la population.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi