•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Devrions-nous repenser le financement de la police?

L'heure de pointe Toronto/Windsor

Avec Alison Vicrobeck

En semaine de 15 h à 18 h

Devrions-nous repenser le financement de la police?

Rattrapage du mercredi 3 juin 2020
Kiké Roach, professeure à l'Université Ryerson dans son bureau

Kiké Roach, professeure au département de science politique de l'Université Ryerson

Photo : Francine Ravel - Radio-Canada

Le Torontois moyen débourse près de 24 % de sa facture de taxes municipales au service de police de la Ville, qui a un budget de plus d'un milliard. Selon l'avocate spécialisée en droit civil Kiké Roach, cette somme est « beaucoup trop importante ».

Kiké Roach, qui a notamment défendu des familles qui ont porté plainte contre la police, observe que des recommandations sont souvent soumises après une altercation mortelle, mais qu’il y a peu de changements.

Selon une enquête de la CBC parue en 2018, 70 % des Canadiens tués lors d’altercations avec la police depuis 2000 avaient un problème de santé mentale ou un problème de toxicomanie. Je crois que c’est grand temps en tant que société qu’on se pose la question “est-ce que les policiers sont bien équipés pour répondre et gérer des situations de crise de santé mentale?” et la réponse est non, lance la professeure au département de science politique de l'Université Ryerson.

On l’a vu maintes fois dans des enquêtes publiques du coroner, c’est les policiers eux-mêmes qui disent qu’ils n’ont pas eu assez de formation en santé mentale.

Kiké Roach, avocate spécialisée en droit civil

La manifestation antiraciste qui a eu lieu à Toronto le 1er juin donne toutefois un peu d’espoir à Kiké Roach qui pense y avoir vu plus de consoeurs et confrères blancs qu’à tout autre moment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi