•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vivre en colocation et en isolement pendant la pandémie  :  mission impossible ?

L'heure de pointe Toronto/Windsor

Avec Alison Vicrobeck

En semaine de 15 h à 18 h

Vivre en colocation et en isolement pendant la pandémie  :  mission impossible ?

Rattrapage du mercredi 18 mars 2020
Une jeune dame regarde par la fenêtre de son appartement.

Une jeune dame regarde par la fenêtre de son appartement.

Photo : Radio-Canada / Catherine Legault

Vous habitez avec deux, trois, quatre amis ou étrangers? Vous passerez probablement bien plus de temps isolé dans votre chambre dans les prochaines semaines.

Une chose est sûre, beaucoup de gens qui vivent en colocation sont susceptibles de voir leur relation évoluer avec leurs colocataires, selon Madeleine Pastinelli, professeure titulaire au Département de sociologie de l'Université Laval.

Une bonne communication est requise selon la professeure qui s’intéresse au rapport à l’autre et à l’intimité dans les ménages en colocation. Pour arriver à se comprendre et à fonctionner, c’est particulièrement important d’exprimer clairement ses craintes, ses inquiétudes, ses attentes sur la gestion du quotidien, souligne-t-elle.

Souvent, si quelqu’un se blesse ou a un accident, le colocataire va aller s’installer chez ses parents, chez le copain ou la copine plutôt que de compter sur l’aide de son colocataire. Là il y a des chances que ce ne soit pas possible.

Madeleine Pastinelli, professeure titulaire au Département de sociologie de l'Université Laval

Le temps passé dans une même chambre risque aussi de nécessiter un ajustement pour les colocataires qui, habituellement, ont tendance à passer plus de temps à l’extérieur de leur logement et d’investir moins dans leur mobilier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi