•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Normand Labrie parle de sa vision de la francophonie

L'heure de pointe Toronto/Windsor

Avec Alison Vicrobeck

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Normand Labrie parle de sa vision de la francophonie

Rattrapage du lundi 13 janvier 2020
Normand Labrie en entrevue à Radio-Canada à Toronto

Normand Labrie, professeur de sociolinguistique et vice-doyen aux programmes académiques de l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario à l’Université de Toronto

Photo : Radio-Canada / Charlotte-May Mondoux-Fournier

Depuis son arrivée à Toronto en 1991, le professeur de sociolinguistique et vice-doyen aux programmes académiques de l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario à l’Université de Toronto, Normand Labrie, est actif au sein d’organismes et d'institutions de recherche tant à l’échelle locale qu’à l’international.

Selon lui, ce n’est pas suffisant d’enseigner. Il préfère être en contact avec la société.

Souvent, le meilleur moyen d’amener des changements, c’est à travers les institutions parce qu'elles en ont les capacités.

Normand Labrie, professeur de sociolinguistique et vice-doyen aux programmes académiques de l'Institut d'études pédagogiques de l'Ontario à l'Université de Toronto

L’Ontario français tatoué sur le coeur

Normand Labrie a veillé au développement de l’Université de l’Ontario français pendant 14 ans.

Il en a même été le recteur par intérim pendant un an. Selon lui, il s’agit d’un projet de développement très important pour les communautés francophones à Toronto, en Ontario, au Canada et dans le monde aussi.

Il se réjouit de la nomination de Kelly Burke au poste de commissaire aux services français de l’Ontario.

Normand Labrie a déjà collaboré avec elle par le passé.

Il affirme que Kelly Burke est très respectée dans l’appareil gouvernemental. Un atout important, selon lui, car le travail de la commissaire repose sur la collaboration avec l’ensemble des ministères.

L'heure de pointe accueille tous les lundis des universitaires du sud de l'Ontario pour en apprendre davantage sur leur carrière et leur champ de recherche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi