•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'heure de pointe Toronto/Windsor

Avec Alison Vicrobeck

En semaine de 15 h à 18 h

La FESFO, porte-parole de la jeunesse franco-ontarienne

Rattrapage du mardi 17 décembre 2019
une femme qui sourit

La nouvelle présidente de la FESFO, Karelle Sikapi, est élève à l'École secondaire Ronald-Marion de Pickering.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Depuis sa création en 1975, la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) sensibilise et mobilise des milliers de jeunes afin que leurs voix et leurs besoins se fassent entendre auprès des différents décideurs.

L'organisme se veut le porte-parole des 25 000 jeunes francophones âgés entre 13 et 19 ans qui fréquentent l’une des 105 écoles secondaires francophones de l’Ontario.

On s’efforce de rappeler la place des jeunes dans les communautés.

Karelle Sikapi, présidente de la FESFO

On fait la promotion de l’implication des jeunes dans les organismes pour qu’ils soient présents à la table des prises de décisions, affirme Karelle Sikapi.

Elle souligne que c’est de cette façon que la jeunesse franco-ontarienne peut contribuer au développement de sa communauté.

L'environnement, la reconnaissance de la diversité et la sécurité linguistique sont les enjeux qui touchent les jeunes dans le sud de l’Ontario.

Karelle Sikapi, présidente de la FESFO

L’adolescente de 17 ans estime que son expérience au sein de la FESFO lui a apporté une grande ouverture d’esprit.

Karelle Sikapi, est une élève de 12e année à l'école secondaire Ronald-Marion à Pickering. Elle était représentante de la région du Grand Toronto l'an passé avant de devenir la présidente de la FESFO en juillet 2019.

L’heure de pointe présente tous les mardis un organisme francophone de l’Ontario pour en apprendre davantage sur ses activités et ses projets.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi