•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Regard sur l’effort de guerre des femmes et des Autochtones

L'heure de pointe Toronto/Windsor

Avec Alison Vicrobeck

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Regard sur l’effort de guerre des femmes et des Autochtones

Audio fil du vendredi 8 novembre 2019
Deux soldats de la première Guerre mondiale

Deux soldats de la première Guerre mondiale : le Gaspésien Sidney Coull de Grand Cascapédia et l'autochtone Martin Isaac de Gesgapegiag

Photo : courtoisie Kate Leblanc/Légion canadienne/Irene Doyle

L'historien Marcel Martel se penche sur la place occupée par deux groupes dont l'histoire est moins connue pendant la Première Guerre mondiale : les femmes et les autochtones.

Entre 1914 et 1918, les femmes étaient pour la plupart considérées comme des bénévoles. Elles écrivaient aux soldats, incitaient les hommes à s'enrôler, amassaient de l'argent et confectionnaient des vêtements.

Cependant, environ 3000 Canadiennes ont reçu une formation médicale et sont devenues infirmières. Parmi celles-ci, 1700 se retrouvent au front et certaines s'occupent de tâches administratives et de secrétariat. Malgré le fait que peu de femmes se sont retrouvées en Europe, 30 infirmières canadiennes sont mortes pendant la guerre.

L'historien explique qu'au départ,l'armée canadienne n'encourageait pas, non plus, la présence des autochtones.

La Première Guerre mondiale était considérée d'abord comme une guerre pour les blancs. Cela change à partir de 1916, lorsque de plus en plus d'hommes deviennent hostiles à l'idée de s'enrôler.

Le gouvernement fédéral invite donc les régiments à permettre aux Autochtones de s'inscrire à l’effort de guerre. Certains régiments vont même envoyer des soldats dans les réserves pour inciter les Autochtones à s'enrôler. C'est ainsi que 3500 d’entre eux se retrouvent au front.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi