Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

 Alison Vicrobeck
Audio fil du jeudi 10 octobre 2019

Denise Bombardier se défend

Publié le

Portrait.
Denise Bombardier   Photo : La production est encore jeune inc. / Karine Dufour

Le plus récent passage de Denise Bombardier à l'émission Tout le monde en parle, de même que ses réflexions dans le documentaire Denise au pays des Francos ont suscité de vives réactions. En entrevue avec Alison Vicrobeck, l'auteure et journaliste insiste sur l'importance de la qualité du français parlé et partage sa perception de l'identité francophone.

Selon Denise Bombardier, pour plusieurs francophones, parler la langue de Molière est un geste politique.

Je ne dis pas qu’ils ne s’épanouissent pas bien, mais qu’ils savent qu’ils sont minoritaires.

Denise Bombardier

Elle affirme que ces communautés sont fort conscientes qu’elles peuvent perdre leurs acquis.

De l’importance de bien parler

Denise Bombardier ne nie pas que la langue évolue. Elle insiste toutefois sur le fait qu’il faut éviter au maximum l’apport de mots anglais.

Le parking ne me dérange pas. C'est prendre une marche qui me dérange.

Denise Bombardier

Elle explique que cette expression signifie littéralement le fait de prendre une marche d’escalier dans sa main.

Quand c'est la syntaxe qui éclate, eh bien il y a une déperdition.

Denise Bombardier

Elle croit que parler une langue sans standards, c’est dévalorisant et insécurisant.

Le lien avec l’histoire

Qui est francophone? Denise Bombardier a une position très précise sur cette question. Selon elle, une personne bilingue n’est pas forcément francophone. Elle accorde une importance particulière aux francophones de souche, qui sont allés développer le Canada.

Ça ne prend pas cinq ans de comprendre la culture du pays, affirme-t-elle en parlant de personnes venues d’ailleurs qui n’auraient pas forcément saisi l’ampleur de diverses luttes francophones.

Chargement en cours