•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chronique histoire : les leçons de la pandémie de VIH/Sida

L'heure de pointe Toronto/Windsor

Avec Alison Vicrobeck

En semaine de 15 h à 18 h

Chronique histoire : les leçons de la pandémie de VIH/Sida

Rattrapage du vendredi 29 mai 2020
Illustration de cellules de VIH.

Illustration du VIH.

Photo : iStock

L'historien Serge Miville revient sur l'histoire du Canadien Gaétan Dugas, qui a longtemps été considéré comme le patient zéro à l'origine de l'introduction du sida en Amérique du Nord.

Dugas a été démonisé pendant plusieurs décennies et longtemps après sa mort, explique le professeur adjoint au département d'histoire de l'Université Laurentienne.

Au début des années 1980, alors que le virus responsable du Sida n'est pas encore identifié, la stigmatisation de la communauté gaie est très forte.

Le phénomène s’amorce lorsqu’on découvre [...] qu'une nouvelle maladie semble être particulièrement présente chez la communauté gaie, explique Serge Miville.

Quelques années plus tard, en 1987, le journaliste américain Randy Shilts publie son livre And the Band Played On qui identifie le supposé Patient Zéro : un agent de bord québécois pour Air Canada du nom de Gaëtan Dugas.

Le livre dépeint Dugas comme quelqu’un qui s’était engagé dans une quête pour infecter le plus de gens possible « sauf qu’il y a deux problèmes avec l’étude : elle est mal interprétée et on cherchait au mauvais endroit », pointe l'historien.

Au contraire, à l'époque, Dugas a volontairement aidé les chercheurs en participant à une étude épidémiologique. Celle-ci a permis de déterminer que le Sida est une infection virale qui se transmet sexuellement.

Des études plus récentes démontrent maintenant que Gaëtan n'était pas le patient zéro et que l'origine du VIH est bien plus ancienne qu'on le pensait alors.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi