Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Amélie Gosselin
Audio fil du mercredi 3 octobre 2018

Vrais Copains : un programme d'amitié pour les élèves à besoins spéciaux

Publié le

Une élève dans un fauteuil roulant, dansant avec un élève debout lors du mini-bal des finissants.
Le comité de vrais copains action organise des activités pour tisser des liens entre les élèves à besoins spéciaux, et les élèves de niveau régulier.   Photo : crédit : facebook.com/VraisCopainsAction

« Vrais copains » est un organisme international qui a pour mission de créer des amitiés entre des élèves à besoins spéciaux et des élèves réguliers, dits neuro-typiques. Cette initiative se retrouve aujourd'hui dans plusieurs écoles du Sud-Est du Nouveau-Brunswick sous le nom « vrais copains action ».

Karine Boudreau et Alec Landry, deux étudiants Néo-brunswickois, ont mis sur pied le projet « vrais copains action ».

Leur comité s'occupe de jumeler des élèves, selon leurs champs d’intérêt.

Les paires d'amis sont ensuite encouragées à participer à des activités de groupes pour rencontrer d’autres participants.

Aujourd’hui, vrais copains action est présent dans 8 écoles du Sud-Est du Nouveau-Brunswick, à tous les niveaux scolaires.

L’an dernier, le comité a organisé un mini-bal des finissants pour permettre aux personnes à besoins spéciaux de profiter d’un environnement sécuritaire et sans jugement.

Au bal des finissants, les personnes à besoins spéciaux y vont souvent, mais ils sont accompagnés de leurs parents ou de leur assistante en éducation, donc nous on trouvait que c’était une bonne idée qu’ils soient accompagnés par des amis, à une danse spécifiquement pour eux.

-Karine Boudreau, coprésidente de vrais copains action

L’une des membres du comité, Émilie Roussel, raconte que sa petite soeur Geneviève s’est fait plusieurs amis grâce aux activités de groupe, en plus de développer un sentiment d’appartenance.

Un échange profitable pour tous
Karine Boudreau admet que plusieurs élèves neuro-typiques s’inscrivent au départ pour accumuler des heures de bénévolat, mais que plusieurs tissent de vrais liens et participent ensuite aux activités par simple plaisir.

Pour les élèves de niveau régulier, c’est une nouvelle dimension, souvent les personnes à besoins spéciaux ont tendance à apprécier les petites choses, et à voir le monde d’une différente façon. Ça apporte une nouvelle dynamique, une nouvelle amitié

- Alec Landry, cofondateur

Les jeunes cofondateurs ont été surpris de constater à quel point leur programme aide aussi les parents, qui peuvent profiter des activités pour se retrouver.

Chargement en cours