Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Blanchard
Audio fil du mercredi 16 mai 2018

La communauté LGBTQ racontée aux enfants par une drag queen

Publié le

Riley Gallant, 6 ans
«Ce sont les personnes qui choisissent comment être une personne», affirme Riley Gallant, 6 ans.   Photo : Radio-Canada / Émilie Pelletier

L'organisme Rivière de fierté de Moncton souhaite voir plus de diversité sexuelle et de genre dans les contes pour enfants. Inviter une drag queen à faire la lecture aux enfants leur semblait être un moyen intéressant de nourrir cette discussion.

Un texte d'Émilie Pelletier

« C’est important que les enfants aient une chance d’être autour de [...] ce qui est différent », affirme Stiles Galore, l'artiste invitée à lire des contes aux enfants réunis mardi soir à la bibliothèque publique de Moncton.

Camille Martin - Stiles Galore de son nom d’artiste - a offert aux enfants l’histoire d’un pingouin ayant deux papas, ainsi que celle d’une jeune transgenre. « C’est important que les plus jeunes générations soient confortables avec ça. »

Stiles Galore estime qu'il faut exposer les enfants à la différence.
Stiles Galore estime qu'il faut exposer les enfants à la différence. Photo : Radio-Canada/Émilie Pelletier

La jeune femme a l’habitude de se travestir en homme, mais a plutôt choisi de se transformer en drag queen pour l’occasion. « Je suis normalement une drag king, aujourd’hui je suis habillée comme une ‘’hyper queen’’, soit une femme qui s’habille en drag queen », souligne l’artiste.

Elle soutient qu’il est facile d’expliquer le concept de drag queen ou king aux enfants. « Tout ce que je dis, c’est que je suis biologiquement une femme, puis que je m’habille comme un homme avec du maquillage et que je fais des performances, affirme-t-elle, ils comprennent. »

Des enfants ouverts d’esprit

« J’ai vraiment vraiment vraiment aimé ça », de lancer avec enthousiasme Renée McCumber. Du haut de ses 5 ans, Renée n’a aucune difficulté à s’imaginer des parents homosexuels. C’est normal? « Oui », celle-ci de répondre, catégorique.

Avoir « deux papas », rien de plus normal selon Renée McCumber, 5 ans.
Avoir « deux papas », rien de plus normal selon Renée McCumber, 5 ans. Photo : Radio-Canada/Émilie Pelletier

« L’hétéronormativité c’est partout », de renchérir la mère de Renée, Élise Fougère. Elle croit qu’il faut montrer aux enfants qu’un ménage composé de parents de même sexe, « ce n’est rien de bizarre ou de terrifiant, c’est juste du monde différent et différent, c’est correct ».

 C’est le fun d’avoir des histoires avec deux papas deux mamans [et] des enfants transgenres. 

Élise Fougère, mère d'une enfant participante

« Ce sont les personnes qui choisissent comment être une personne », d’ajouter Riley Gallant, philosophe de 6 ans. En guise d’exemple, Riley explique qu’il essuie des critiques à l’école, lui qui adore le violet, soit une couleur « de fille ». « C’est impossible d’avoir une couleur de fille ou une couleur de garçon », somme-t-il.

Livres non hétéronormatifs
La bibliothèque publique de Moncton offre plusieurs livres où on raconte les membres de la communauté LGBTQ2+, tant en français qu'en anglais. Photo : Radio-Canada/Émilie Pelletier

Stiles Galore comprend que les enfants tiennent souvent cette ouverture d’esprit de leurs parents.

Elle est persuadée que la communauté LGBTQ2+ serait davantage normalisée si elle était mieux représentée dans les films ou les médias. La culture drag « ouvre les portes » selon elle.

« On commence finalement à accepter le monde qui est [homosexuel, mais] on a encore un peu plus loin à aller avec les gens transgenres [ou non binaires] », conclut la drag king.

Chargement en cours