Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Blanchard
Audio fil du vendredi 16 mars 2018

Chasser le stress une maille de tricot à la fois

Publié le

Mélanie Mazerolle, ergothérapeute, suggère à ses patients de s'adonner au tricot pour les bienfaits que ça a sur la santé mentale.
Mélanie Mazerolle, ergothérapeute, suggère à ses patients de s'adonner au tricot pour les bienfaits que ça a sur la santé mentale.   Photo : Radio-Canada

En tant que fervente tricoteuse, Mélanie Mazerolle connaît les bienfaits de cette activité. Comme ergothérapeute, elle tente de faire découvrir à ses jeunes patients que tricoter aide non seulement à réduire l'anxiété, mais aussi le stress.

« Moi en étant tricoteuse, je vois que [ça] me calme tout de suite, je le fais avant de me coucher. [...] Les soirs que j’en fais je remarque que je dors aussi bien que si j’avais lu un livre ou fait du yoga », explique Mélanie Mazerolle, ergothérapeute.

Dès qu'elle le peut, Mélanie Mazerolle prend ses aiguilles et tricote quelques mailles.
Dès qu'elle le peut, Mélanie Mazerolle prend ses aiguilles et tricote quelques mailles. Photo : Radio-Canada

Cette activité a de multiples bienfaits pour la santé mentale, selon l'ergothérapeute. « Ça bâtit l’estime de soi, réduit le stress, réduit l’anxiété, [...] ça aide avec la mémoire, [...] la dextérité, [ça] peut même aider les gens qui sont déjà affectés de démence », soutient-elle.

 Ça prend juste deux aiguilles et de la laine et on peut commencer à faire ça. 

Mélanie Mazerolle, tricoteuse et ergothérapeute

Elle travaille dans le domaine de la santé mentale avec des jeunes et tente de les intéresser au tricot pour leur montrer que c’est bon pour leur estime personnelle. « T’as vu ta laine, une boule, avec une ficelle et tout d’un coup t’as un vêtement et tu le vois s’allonger », fait-elle remarquer.

Si certains associent le tricot aux personnes âgées, la thérapeute rappelle que c’est un passe-temps qui tend à se démocratiser et à se populariser. « Souvent on pense à notre ‘mémère’ quand on tricote », ironise-t-elle. Elle affirme toutefois que le tricot a la cote sur les réseaux sociaux et que beaucoup d’hommes s’y adonnent également.

Chargement en cours