Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Blanchard
Audio fil du lundi 12 mars 2018

Se sauver du diabète en changeant ses habitudes de vie

Publié le

Daniel Allain fait des exercices avec des anneaux dans un gymnase.
Une prise de sang a servi de réveil pour Daniel Allain.   Photo : Radio-Canada

Daniel Allain s'est échappé des griffes du diabète de peu. Il a découvert par hasard qu'il développait tranquillement des problèmes de santé, mais a su faire les changements nécessaires à son hygiène de vie à temps.

Entre son emploi, ses fonctions de conseiller municipal, l’Association de ringuette et son rôle de père, Daniel Allain trouvait difficilement la motivation de faire de l’activité physique. « Je ne dis pas que j’étais inactif, je jouais au hockey deux fois par semaine et prenais des marches ici et là, mais il faut faire un choix conscient. »

Daniel Allain en pleine séance d'entraînement
Daniel Allain en pleine séance d'entraînement Photo : Radio-Canada

Il y a un an, son employeur actuel a invité une infirmière au bureau pour offrir des examens à ses employés. « Avez-vous effectué des prises de sang récemment M. Allain? », l’infirmière de lui demander. Celui-ci n’en avait pas fait depuis plusieurs années. Il ne se doutait donc pas que son bilan laissait présager le diabète.

La prise de conscience de Daniel Allain

 C’est comme on dit en bon anglais un ‘wake-up call’ .

Daniel Allain

Le père de famille voulait à tout prix éviter la médication. « J’ai besoin de me prendre en main avant d’arriver là », s’est-il dit à lui-même.

Pour faire un pied de nez à l’insuline, Daniel Allain a donc choisi de changer son alimentation et de se mettre à l’entraînement en circuit. « J’ai dû et j’ai su faire des changements [...] des fois on ne prend pas le temps de se regarder dans le miroir et de se demander quels sont les changements qu’on doit faire à long terme. »

Daniel Allain en compagnie de Richard Léger, son ami et entraîneur de chez Peak Fitness
Daniel Allain en compagnie de Richard Léger, son ami et entraîneur de chez Peak Fitness Photo : Radio-Canada/Monique Bourque

La transition ne s’est toutefois pas faite sans difficulté. « Lorsque tu fais face à un défi, c’est normal d’avoir des doutes [et] on vit dans un monde où on veut tout avoir tout de suite, mais on ne peut pas avoir tout, tout de suite. Ça prend du temps », réfléchit-il, conscient que le processus de transformation se poursuit.

Il se réjouit cependant non seulement d’être en meilleure forme, mais également d’avoir contrecarré les effets négatifs de ses choix passés. « J’ai pris les choses en main et aujourd’hui, je suis fier de dire que tous mes tests sont normaux », se félicite Daniel Allain.

Chargement en cours