•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'heure de pointe - Acadie

Avec Amélie Gosselin

En semaine de 16 h à 18 h,
16 h 30 à 18 h 30 à T.-N.-L.

Un conseil d'administration anglophone pour MAGMA, organisme bilingue

Audio fil du jeudi 16 novembre 2017
Phylomène Zangio.

Phylomène Zangio

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Une membre du conseil d'administration de l'Association multiculturelle du Grand Moncton (MAGMA), Phylomène Zangio, a démissionné après que l'organisme d'accueil des nouveaux arrivants à Moncton a adopté une motion qui exige que les communications durant les réunions du conseil se fassent en anglais. La décision fait vivement réagir des membres francophones de l'organisme, qui se veut bilingue.

Mme Zangio est originaire de la République démocratique du Congo. Il y a quelques mois, on lui a demandé si elle voulait siéger au conseil d'administration de MAGMA. Lors de la dernière réunion, mardi, des membres se sont plaints de ne pas comprendre la discussion qu'elle a tenue en français avec une autre personne.

Phylomène Zangio affirme avoir accepté ce mandat entre autres pour représenter les immigrants francophones de l'Afrique. Elle avait obtenu l'assurance qu'elle pourrait faire ses interventions en français, sachant que la langue des rencontres de l'organisme était l'anglais et que ses documents étaient rédigés dans cette langue.

La directrice générale de MAGMA, Chantal Poirier, lui a fait parvenir une lettre datée du 7 septembre où ces trois points sont précisés : 

  1. « les présentations ne pourront pas être traduites dans les deux langues et seront par conséquent en anglais;
  2. les communications internes et les notes de service seront en anglais;
  3. le déroulement des réunions se fera principalement en anglais, mais chaque individu est libre de s'exprimer dans la langue officielle de son choix. »

Source : lettre de MAGMA

À la suite de l'adoption de la motion, Mme Zangio a quitté la réunion et a remis sa démission, ne se sentant pas respectée en tant que francophone au sein d'un organisme qui se dit bilingue. D'autant plus, dit-elle, que les statuts et règlements de MAGMA et de son conseil d'administration indiquent qu'il s'agit d'un organisme bilingue.

Un organisme qui est censé avoir une ouverture sur la diversité devrait comprendre chacun dans son identité, et mon identité comme francophone [c'est] comme si mes droits ont été bafoués.

Philomène Zangio

Pour des raisons d'efficacité

L'organisme a demandé des fonds pour la traduction, mais ne les a pas obtenus. Il précise que c'est pour des raisons d'efficacité et d'économie que les documents et les échanges sont en anglais.

Georges NammourAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Georges Nammour

Photo : Radio-Canada

Un immigrant défend MAGMA

George Nammour, immigrant libanais et homme d'affaire, est membre de MAGMA. « La plupart des membres, on vient d'associations multiethniques de Moncton, libanaise comme moi, africaine comme Mme Zangio, latino, roumaine, russe. La plupart ont de la difficulté à communiquer même en anglais. MAGMA, on se concentre sur le bien-être des immigrants. J'ai l'impression qu'on est en train de la transformer en plateforme pour la lutte des langues », déplore-t-il.

Il ajoute que MAGMA répond à son mandat bilingue. La motion, dit-il, ne s'applique qu'au conseil d'administration, et non à l'ensemble des services.

Georges WibouwAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Georges Wibouw, membre et ancien président du Conseil d’administration de l’organisme MAGMA

Photo : Radio-Canada / Sophie Desautels

C'est un avis que ne partage aucunement un membre de longue date de l'organisme, Georges Wibouw. Cet ancien président estime que les membres ne connaissent pas bien la constitution de l'organisme puisque la motion enfreint ses statuts et règlements.

« MAGMA est une organisation bilingue, ce qui veut dire que le bilinguisme doit également être instauré au conseil d'administration, où chacun peut parler dans la langue de son choix, donc une des deux langues officielles du Canada. »

Georges Wibouw, qui était absent lors de la dernière réunion, souhaite que le président du conseil se prononce clairement sur le sujet et demande que la motion soit abandonnée lors de sa prochaine réunion.

Le juriste et défenseur bien connu des droits des francophones, Michel Doucet, déclare sur Twitter que ce type de situation perdurera « aussi longtemps que les gouvernements vont continuer à subventionner les organismes qui se disent "bilingues " ».

Plainte aux langues officielles

Phylomène Zangio a porté plainte aux deux bureaux des langues officielles, au fédéral et au provincial, puisque l'organisme reçoit des fonds des deux paliers de gouvernement.

Selon elle, MAGMA a les mêmes obligations linguistiques que les gouvernements, c'est-à-dire d'offrir des services bilingues à ses clients et à ses membres.

Par courriel, le gouvernement Gallant se dit « déçu de la décision du conseil d'administration de MAGMA de tenir leurs réunions uniquement en anglais », sans préciser si cette décision aura des conséquences sur les fonds publics versés à l'organisme.

Si la motion est révoquée, Mme Zangio s'engage à retourner siéger au conseil d'administration de l'organisme multiculturel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi