•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'heure de pointe - Acadie

Avec Amélie Gosselin

En semaine de 16 h à 18 h,
16 h 30 à 18 h 30 à T.-N.-L.

Un documentaire suit la « torpille d’Halifax » aux Jeux olympiques spéciaux de Dubaï

Il porte une médaille de bronze à son cou et se tient sur le podiums avec quatre autres coureurs.

Stéphane Piccinin (2e à droite) aux Jeux olympiques spéciaux de Dubaï.

Photo : Les Vues de l'Esprit_Les Films du 3 Mars

Le documentaire, Champions, suit le parcours d'un athlète autiste d'Halifax vers les Jeux olympiques spéciaux de Dubaï en 2019. Son réalisateur, Helgi Piccinin, raconte l'histoire d'athlètes spéciaux, dont celle de son demi-frère, Stéphane Piccinin, que l'on surnomme la torpille d'Halifax.

En 2016, Helgi Piccinin, a décidé de sortir sa caméra et de suivre, pendant 3 ans, les préparatifs de son demi-frère et d’une autre athlète en athlétisme, Audrey Vincent, qui est atteinte d’un trouble neurodéveloppemental.

Il se tient debout, avec la ville de Montréal en arrière plan.

Helgi Piccinin

Photo : Les Vues de l'Esprit_Les Films du 3 Mars

Le réalisateur note la détermination et l’ambition de son demi-frère de 28 ans. Il a commencé à s’entraîner de manière professionnelle [...] oui il est autiste, mais il est professionnel dans son sport. Il s’entraîne six jours par semaine, il fait attention à la manière dont il mange. Il est vraiment devenu un coureur d’élite en quelque sorte et c’est ce qui lui a permis d’aller jusqu’aux jeux mondiaux des Olympiques spéciaux, souligne Helgi Piccinin.

Ils font des étirements dans une salle, les mains au sol, et regardent la caméra.

Audrey Vincent et Stéphane Piccinin

Photo : Les Vues de l'Esprit_Les Films du 3 Mars

Lors du tournage, il n’était pas garanti que les deux coureurs allaient faire partie des 24 athlètes à se rendre à Dubaï aux Jeux olympiques spéciaux. À trois moments, l’histoire aurait pu se terminer, comme l’explique le réalisateur. Ils auraient pu ne pas gagner leurs courses, ils auraient pu se blesser, ils auraient pu juste être écoeurés de se faire filmer et de participer à ces jeux-là, il y aurait pu se passer un million de choses.

C’est un coup de dés au départ, mais on a eu beaucoup de chance. On y a cru, on a cru en eux, on a cru en leurs possibilités, en leurs potentiels et puis on a été récompensé parce qu’ils se sont rendus jusqu’au bout.

Helgi Piccinin, réalisateur Champions

De cette aventure, Helgi Piccinin, retire une grande réflexion. Ce que j’ai appris en faisant ce film-là, c’est qu’il faut arrêter de douter d’eux. Au contraire, il faut croire en eux. Si on leur donne la possibilité, des gens comme mon frère, des gens comme Audrey, des gens qui sont différents intellectuellement peuvent se rendre très loin.

Le film Champions est présenté le 18 novembre au Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA). Le 13 décembre, il y aura une projection devant public à Halifax, au cinéma Park Lane. Une diffusion éventuelle sur CBC et Unis TV est également prévue.

D'après le reportage d'Anne-Marie Parenteau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi