Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Amélie Gosselin
Audio fil du jeudi 14 février 2019

La cuisine, point de départ pour plusieurs apprentissages à l'école

Publié le

La salade-tacos fait le bonheur des élèves
La salade-tacos fait le bonheur des élèves   Photo : Radio-Canada / Amélie Gosselin

Se servir de l'alimentation pour faire des apprentissages concrets à l'école et développer les compétences culinaires, voilà les missions d'Apprentis en action : labo éducatif en alimentation. Le nouvel organisme agit à titre d'entreprise sociale et visite depuis quelques mois plusieurs écoles du Nouveau-Brunswick.

Un reportage d'Amélie Gosselin

Aujourd'hui à l'École Soleil-Levant de Richibouctou, les élèves de huitième année concoctent une salade-tacos, sous les conseils du chef Gene Cormier qui agit en tant qu'animateur.

Laitue, légumes divers, pois chiches, viande hachée, tortillas et épices mexicaines sont disposés sur des cabarets au centre des tables. Les jeunes ont le choix de créer leur salade à partir des ingrédients qu'ils auront au préalable coupés et cuisinés.

Les ingrédients qui servent dans la préparation de la salade-tacos
Les ingrédients qui servent dans la préparation de la salade-tacos Photo : Radio-Canada/Amélie Gosselin

Rachel Schofield-Martin, coordonnatrice en saine alimentation et entrepreunariat social au District scolaire francophone sud, avance que selon une statistique nationale, 6 enfants sur 10 au pays ne sont pas impliqués envers l'école. Rien à voir avec l'intelligence; ces jeunes ne voient tout simplement pas de sens à leurs apprentissages scolaires. Selon elle, cuisiner dès un très jeune âge peut contribuer au plaisir d'apprendre.

L'autonomie alimentaire, c'est important. Beaucoup de jeunes partent du foyer et n'ont aucune idée comment se faire à manger ou tenir un couteau.

Rachel Schofield-Martin, coordonnatrice en saine alimentation et entrepreunariat social au District scolaire francophone sud

Apprentis en action : labo éducatif en alimentation est né avec cet objectif. Des animateurs se déplacent d'école en école avec des boîtes remplies d'outils de cuisine et d'ingrédients qu'ils déballent le temps d'un atelier. Les élèves de la maternelle à la huitième année cuisinent et apprennent aussi le vocabulaire relié aux accessoires de cuisine, les mesures d'hygiène et de salubrité et la créativité possible devant une recette.

On crée des recettes avec des guides pour que les jeunes qui ouvrent le frigo à la maison ensuite, puissent concevoir à partir de ce qui s'y trouve.

Rachel Schofield-Martin, coordonnatrice en saine alimentation et entrepreunariat social au District scolaire francophone sud

Jesse Doucet, élève de huitième année, dit aider déjà sa famille dans la cuisine à la maison. Il aime les ateliers d'Apprentis en action.

L’enseignante Renée LeBlanc et le chef Gene Cormier avec un groupe d’eleves.
L’enseignante Renée LeBlanc et le chef Gene Cormier avec un groupe d’eleves. Photo : Radio-Canada/Amélie Gosselin

Quand je serai plus vieux et seul, je saurai comment cuisiner.

Jesse Doucet, élève de huitième année

L'enseignante de huitième année, Renée LeBlanc, constate une différence chez ses élèves depuis le début des ateliers.

Ça leur donne plus le goût de venir à l'école. Ce n'est pas enseigné habituellement à l'élémentaire. Ce qu'ils apprennent, c'est vrai, et s'ils peuvent s'en servir ils sont beaucoup plus intéressés.

Renée LeBlanc, enseignante de huitième année

Gene Cormier explique que les jeunes sont exposés à différentes recettes, selon leur niveau scolaire. Un jeune qui apprend à cuisiner a plus tendance à mieux se nourrir, selon lui.

La salade-tacos est un succès
La salade-tacos est un succès Photo : Radio-Canada/Amélie Gosselin

Liens avec le producteur, le fermier et toute la communauté

Apprentis en action labo éducatif en alimentation tente également d'établir des liens avec les différents intervenants communautaires. L'objectif plus large est d'avoir des effets positifs sur la santé de la population. L'initiative vise également le développement économique régional et la viabilité des fermes.

Rachel Schofield-Martin
Rachel Schofield-Martin, Coordonnatrice en saine alimentation, District scolaire francophone sud. Photo : Radio-Canada/Amélie Gosselin

Des producteurs peuvent, par exemple, être invités à partager leur expertise avec des jeunes. L'idée est de comprendre l'alimentation dans son ensemble en établissant les ramifications qui existent entre les intervenants.

Des trousses de matériel et un ilot culinaire sur roues seront bientôt mis à la disposition des écoles. Selon Rachel Schofield, le projet pourra continuer à long terme, non par l'entremise d'animateurs externes, mais par des gens au sein même des écoles.

Les ateliers se développent en partenariat avec les enseignants, donc tous les intervenants peuvent considérer ce qui est le plus pertinent et on ajuste.

Rachel Schofield-Martin, coordonnatrice en saine alimentation et entrepreunariat social au District scolaire francophone sud
Le chef Gene Cormier est animateur dans le projet.
Le chef Gene Cormier est animateur dans le projet. Photo : Radio-Canada/Amélie Gosselin

Ultimement, ce que les jeunes apprennent à l'école se rend jusqu'à la maison. Rachel Schofiel-Martin croit que des changements de comportements alimentaires se feront grâce au projet.

L'intérêt du projet dépasse maintenant les frontières du Nouveau-Brunswick. Selon Rachel Schofield-Martin, plusieurs provinces canadiennes souhaitent importer le concept et l'intégrer à leurs écoles.

Chargement en cours