•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des fossiles de 400 millions d'années au Musée du Nouveau-Brunswick

L'heure de pointe - Acadie

Avec Amélie Gosselin

En semaine de 16 h à 18 h,
16 h 30 à 18 h 30 à T.-N.-L.

Des fossiles de 400 millions d'années au Musée du Nouveau-Brunswick

Portrait Stephen Mott.

Stephen Mott, interprète au Musée du Nouveau-Brunswick.

Photo : Gracieuseté : Stephen Mott

Une collection de fossiles de plantes de plus de 400 millions d'années va être rapatriée au Musée du Nouveau-Brunswick depuis la Caroline du Nord. Cette collection d'importance internationale a été très bien conservée et attise les chercheurs et les scientifiques du monde entier. Amélie Gosselin s'est entretenue avec Stephen Mott, interprète au Musée du Nouveau-Brunswick.

Cette collection a été rassemblée dans les années 1970 par la Dre Patricia Gensel de l’Université de la Caroline du Nord, à Chapel Hill. Elle est l’une des plus grandes autorités en matière d’évolution des plantes de la période dévonienne qui s'étend de moins 418 millions d'années à moins 359 millions d'années.

Cette collection de madame Gensel constitue un élément essentiel du patrimoine géologique du Nouveau-Brunswick.

Stephen Mott, interprète, Musée du Nouveau-Brunswick.

Depuis 1974, Patricia Gensel étudie les plantes fossiles du nord de la province du Nouveau-Brunswick, des côtes de la Baie-des-Chaleurs. Ces fossiles qui ont été très bien conservés dans la roche, ont permis à la scientifique de mener des travaux financés par les subventions de recherche en géologie George Frederic Matthew du Musée du Nouveau-Brunswick et soutenus par le conservateur émérite en géologie et paléontologie, le Dr Randy Miller.

Un fossile de plante.

Un psilophyton, plante fossile du nord du Nouveau-Brunswick.

Photo : Gracieuseté : Musée du Nouveau-Brunswick.

Selon Stephen Mott, environ 80 boîtes contiennent plusieurs milliers de fossiles de plantes collectés par la Dre Patricia Gensel.

Les fossiles sont très détaillés, on voit des détails anatomiques, du pollen, des feuilles qui sont encore attachées aux branches. Cela va permettre aux chercheurs de mieux comprendre comment la vie évoluait sur la terre il y a 400 millions d’années.

Stephen Mott, interprète au Musée du Nouveau-Brunswick.

La période dévonienne est une période de l’histoire naturelle où on voit l’évolution des plantes et la transition des êtres vivants vers les environnements terrestres. Avant cette période, les plantes et les animaux étaient seulement dans les environnements aquatiques. Donc, ça donne un bon coup d'oeil à comment la vie a évolué sur la Terre, souligne Stephen Mott.

Pendant cette période, le climat était très différent, car le Nouveau-Brunswick se trouvait à la latitude de l’Afrique du Sud avec un climat chaud et subtropical d'où la présence de fossiles de plantes tropicales.

Une plante fossile.

Un loganophyton, plante fossile du nord du Nouveau-Brunswick.

Photo : Gracieuseté : Musée du Nouveau-Brunswick.

La collection sera d’abord accessible aux chercheurs et aux scientifiques avant d’être exposée au grand public.

Avec les informations d'Amélie Gosselin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi